MESP : lancement de l’identification biométrique

0
26

«Le défi qui est le nôtre aujourd’hui est celui de la pérennité de notre unique activité, à savoir, la prise en charge des soins de santé de l’enseignant, de son conjoint et de ses enfants. Cela appelle plus de rigueur. La rigueur dans la gestion de la dépense, la rigueur dans l’accès aux soins et  la rigueur dans le traitement de la facture ». Cette déclaration est  de Guy Mafuta, président du Conseil d’Administration de la MESP (Mutuelle de santé des Enseignants) lors du lancement du processus de remplacement des cartes ordinaires des affiliés par des cartes biométriques.

            Cette cérémonie de lancement s’est déroulée hier mardi 05 mai 2015 à Kinkole, dans la commune de la N’Sele. Dans son mot de circonstance, le Président du C.A. de la MESP a rappelé les difficultés du début qui ont vu cette mutuelle partir de rien – le 11 novembre 2011 – pour amorcer la prise en charge effective des soins de santé de ses affiliés.

A cet effet, il a noté qu’actuellement, avec une moyenne d’environ 200.000 cas de maladies par an, la MESP prend en charge les soins de santé de 39.000 familles d’enseignants à Kinshasa. Cela est une grande entreprise dont la gestion appelle des mécanismes et procédés appropriés pour conjurer toute fraude et assurer la pérennité et l’extension de cette mutuelle partout où vivent les enseignants sur l’ensemble du territoire national.

Avec son expérience de près de deux ans  à Lubumbashi, cette mutuelle a décidé de basculer dans l’identification biométrique à Kinshasa. La biométrie, cette technologie de pointe offre, selon Guy Mafuta, une plus grande sécurité en permettant aux délégués de la MESP de s’assurer que la carte est sécurisée.

Le leader syndical Museng, représentant les syndicats des enseignants, s’est montré très enthousiaste face à l’initiative du C.A. de la MESP. Il a souligné qu’avec la biométrie, la mutuelle tient à offrir aux enseignants et à leurs familles des soins de santé de qualité. Il a, à ce sujet, convié tous les enseignants à acquérir leurs nouvelles cartes biométriques, plus sécurisantes, pour la pérennisation de leur mutuelle. Il les a également invités à appuyer cette organisation en dénonçant les fraudes et en se faisant identifier avec des documents juridiques authentiques.

Il convient de signaler que ce lancement a été précédé de certaines étapes : la sensibilisation des affiliés aux procédures et documents exigés pour cette campagne ; la formation du personnel à l’utilisation de cette technologie, la réactivation et la réfection des sites d’identification. Sur le chemin du retour, la délégation conduite par Guy Mafuta s’est arrêtée à l’ITC/Lemba pour visiter un site d’identification réhabilité.

SAKAZ