Meeting du 24 avril 2011: E. Tshisekedi : « Non à la peur ; oui à la liberté d’expression »

0
34

Lors de son entretien avec la presse, en sa résidence de Limeté, le dimanche 20 février dernier, le président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (U.D.P.S.), Etienne Tshisekedi wa Mulumba, a dévoilé certains aspects de la stratégie adoptée par son parti et lui-même pour les élections présidentielles, législatives, municipales, urbaines et locales à venir. De prime abord, il a tenu à faire savoir que, s’il se présente à ces joutes électorales, ce n’est nullement par ambition personnelle ou par démagogie. Il est convaincu que s’il se dérobe aujourd’hui à ce devoir, dans un avenir proche, il sera accusé à coup sûr de non assistance à un peuple en danger.

 

         Depuis trente ans qu’il a consacré sa vie à la lutte pour l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays, il dit avoir vécu au milieu du Peuple congolais qui le connaît très bien et le soutient. Il dit aussi être frappé par la précarité sociale, par l’aggravation de conditions de vie actuelle de la population congolaise, une misère qui dépasse ce qu’on peut imaginer. Manger une seule fois dans la journée relève d’un miracle ; sans parler d’un manque total de couverture en soins de santé, de politique d’emploi, d’éducation ; d’habitat, etc. Pour l’Udps et son président, cet état de choses doit cesser par l’arrivée au pouvoir des personnes réellement élues par la population et en qui elle place sa confiance. Répondant à une question sur la révision éventuelle de la loi électorale par le pouvoir en place – comme il l’a déjà fait avec la Constitution – pour l’empêcher de postuler en plafonnant l’âge des candidats, il a simplement précisé que de tout temps, il n’a qu’une seule arme contre ses détracteurs : le Peuple qui lui fait confiance et le soutient.

 

L’Udps n’entend pas se laisser intimider pour dénoncer la mauvaise gouvernance

 

         Lors de son entretien avec la presse, le Lider Maximo s’est insurgé contre toute question qui laissait transparaître la peur pour décourager une action en faveur de la population. Ceux qui ont posé des telles questions, il les a qualifiés de « faiblards ». Pour lui, la liberté d’expression, les Droits de l’Homme et les Droits des peuples sont sacrés. Il a fustigé dans son point de presse toute tendance à la peur ; à laisser les gouvernants ‘faire ce qu’ils veulent des droits des gouvernés’ comme c’est le cas aujourd’hui. La situation sécuritaire et humanitaire est catastrophique  : violences sexuelles contre nos sœurs et nos enfants sur toute l’étendue du territoire national, particulièrement à l’Est du pays ; déplacement des populations ; assassinats ciblés doublés des arrestations des journalistes, des adversaires politiques et des militants de Droits de l’Homme ; recrudescence des tueries des étudiants sur les campus universitaires etc.).

    Le président national de l’Udps dénonce le fait que le pouvoir en place veut bâillonner l’opposition et empêcher le Peuple congolais de s’exprimer.

    En outre, en donnant ce qu’il a appelé les raisons de cette insécurité à l’Est de la Rd Congo, le Président national de l’Udps a montré qu’elle est la conséquence directe des liens tissés par ceux qui sont au pouvoir avec leurs anciens amis de l’AFDL qui sont restés dans la forêt à l’Est. Ces derniers ne veulent absolument pas obéir aux autorités établies à Kinshasa. Ils tiennent à se venger d’avoir été négligés par leurs anciens compagnons de maquis, aujourd’hui au pouvoir. Ils utilisent l’insécurité comme moyen de pression et se servent en tracassant, en violant , en pillant et en tuant la paisible population. Concernant Bosco Ntaganda – un général Fardc, ancien bras-droit du rebelle Nkunda Batware détenu au Rwanda –  que le pouvoir en place ne tient pas à livrer à la Justice internationale, Etienne Tshisekedi a expliqué que les deux se couvrent mutuellement parce qu’ils ont un passé commun.

    Il a également prévenu ses hôtes du jour que le meeting programmé le 24 avril 2011 au Stade Tata Raphaël par son parti devra impérativement se tenir. Régissant par la suite à une question d’un journaliste, il a précisé que s’il trouvait le stade mis en « réfection » ce jour-là, il va commencer par s’informer sur la bonne foi de ces « travaux », sinon il va s’emparer de force d’une autre place pour tenir son meeting. Pour lui l’opposition (avec l’Udps) a déjà subi ces tentatives de bâillonnement : malgré qu’elle avait déjà payé les frais de location, l’accès de l’opposition pour se réunir au Grand Hôtel Kinshasa a été interdit en janvier ; récemment la Fikin a aussi refusé toute manifestation de l’Udps dans ses installations alors que les manifs du PPRD se déroulent là constamment. Pour terminer, le Sphinx de Limeté a exhorté le peuple à ne pas reculer devant la peur et à défendre ses droits, la démocratie et la patrie.

 

RSK

 

LEAVE A REPLY

*