Meeting de N’Djili : test réussi pour l’opposition

0
68

L’incertitude a plané pendant  plusieurs jours sur la tenue ou non à Ndjili   du meeting des partis de l’opposition opposés à la révision de la Constitution, plus précisément de l’article 220. C’est seulement la veille de ce  rendez-vous  que l’Hôtel de ville, à travers un courrier adressé aux organisateurs,  a enfin donné son quitus. 

Le précieux sésame enfin délivré,  sympathisants et militants  de l’Udps, l’Unc, de  l’Ecidé, du  RCD/ KML, de  l’Udemo… et munis des drapeaux de leurs partis, .sont venus en masse à la place Sainte Thérèse,  hier lundi 4 août 2014  suivre les messages de Busa, Chalupa, Kalele,  Ewanga, MwenzeKongolo ,Vuemba, Mavungu… L’assistance nombreuse hier à Ndjili ; ne s’est pas ennuyée. Chants, cris, à la gloire d’Etienne Tshisekedi, mais  hostiles au pouvoir en place en RDC,    étaient au rendez-vous. La présence discrète et insignifiante des forces de l’ordre a contribué au bon déroulement de ce meeting.

L’opposition a consolidé son front commun hier  à Ndjili. Plusieurs personnes laissent entendre qu’Etienne Tshisekedi agit souvent en solo, a fait observer  le modérateur de cette matinée politique, Joseph Kapika. En voyant de nombreux opposants à ce meeting, on se rend compte que cette assertion est fausse.  Vital Kamerhe, Fayulu et Gilbert Tshimanga se trouvent au pays de l’Oncle Sam pour prendre part au sommet  USA- Afrique. Félix Tshisekedi est en Belgique dans le cadre de la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale, a précisé ce cadre de l’Udps. A l’appel des sigles de leurs regroupements ou partis, les animateurs  des différents courants de l’opposition présents sur le podium  se levaient pour saluer l’assistance, placer un petit mot  et   en même temps décliner leurs noms. Le public s’est rendu compte de la présence de   l’UPC de Thomas Lubanga, du  Puna, de Radeco de TatcherLusamba, …à cette activité.

Orné des banderoles des partis et plate formes politiques appelés au meeting de Ndjili, le podium apprêté pour la circonstance  a refusé du monde.  On pouvait lire sur quelques  banderoles  le texte suivant : Sokiosimbi Constitution o ko tacher( ndlr  si tu veux modifier la Loi fondamentale, tu vas te salir).   C’est peu après 12 heures que les choses sérieuses ont vraiment commencé. Il y a eu dans un premier temps l’exécution de l’hymne national.

Beaudouin Mayo a été la première personne à tenir le micro pour chauffer la foule.

Il a entonné quelques airs populaires  entre autres « Eh yayimambu eh,  to signer eyoma (ndlr nous allons faire du grabuge) qui ont été repris en chœur par la foule. L’orchestre retenu pour agrémenter cette journée, a accompagné Mayo et le public par ses partitions rythmiques.

 

Chalupa : Le changement viendra du peuple.

 

Fortement réclamé par la foule, Jacques Chalupa a commencé par remercier le public pour le soutien que les Congolais lui ont  apporté pendant sa période de détention à la prison centrale de Makala. Il a dit que le changement est censé venir de la population. Le  peuple  doit pousser les politiciens à parachever ce processus dans la mesure où les acteurs politiques représentent une poignée des personnes, a indiqué cet opposant.

Le prof Kalele a été l’une des stars de la journée d’hier.  Dans son intervention, il a fait savoir qu’en réalité Joseph Kabila brigue un quatrième mandat car il est à la tête du pays depuis 2001 et organisé dans un premier temps les élections en 2006. Il a fait observer que les Belges ne voulaient pas voir les Congolais accéder à l’indépendance et ont fini par céder. Le même modus opérandi s’est répété avec  Mobutu et Laurent Désiré Kabila, a-t-il précisé. Aujourd’hui, on veut créer un autre MPR bis.

«Si les choses se sont bien passées aujourd’hui, c’est qu’on ne nous a pas accordés un cadeau».

«On doit avoir le mental de gagneur si on veut faire de grandes choses. Nous devons donc passer de la parole à l’acte».

« Vous avez montré que le peuple congolais n’est pas mort », a fait savoir de son côté le président de la société civile du Congo.

La RDC est un pays doté d’énormes potentialités  et dont la population n’en bénéficie pas, a ajouté Christopher Ngoy.  Et d’ajouter qu’il y a des pétitions qui ont été signées pour montrer notre détermination de s’opposer à la révision de la Constitution suivie de la création du regroupement  dénommé  « Sauvons la RDC ». L’un des mécanismes à mettre en place pour mettre en échec les manœuvres du pouvoir est le boycott du référendum, a-t-il noté.

 

Pascaline Kudura : «On s’est battues pour faire triompher la vérité»

 

La représentante de la MPP/ Fis est revenue sur les problèmes nés de la publication des résultats du scrutin de 2011. La ville de Kinshasa a été militarisée. Les mamans se sont levées et ont fait des sit in auprès devant certaines ambassades pour dénoncer les fraudes électorales et faire entendre leurs voix, a indiqué Pascaline Kudura.

Elle en est arrivée ensuite à l’Accord cadre d’Addis-Abeba censé faire revenir les choses à la normale en RDC. Elle a plaidé en faveur de la libération de Diomi, Kuthino et d’autres personnes mises au frais pour leurs opinions. Le meeting a pris fin vers 15 heures.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*