Médias : l’agence «Experts» s’investit dans le renforcement des capacités des responsables commerciaux

0
49

Il s’est tenu du 12 au 15 avril 2011, au centre Béthanie, dans la commune de la Gombe, un atelier de formation en faveur des responsables commerciaux et le marketing, ainsi que des directeurs de publication et rédacteurs en chef des quotidiens et magazines de la ville de Kinshasa, sur « l’utilisation des études d’audience médias ». Organisé par « Experts », une agence d’études et sondages d’opinions, cet atelier de formation rentre dans le cadre du projet « Médias pour la démocratie et la transparence en République démocratique du Congo », financé par les Coopérations britannique (DFID) et suédoise (ASDI), et géré par France coopération internationale (FCI).

Pendant quatre jours, les responsables des services commercial et marketing aussi bien de grands quotidiens que des magazines paraissant à Kinshasa ont été à l’école des études de marché. Celles-ci, a souligné le coordonnateur de l’Agence « experts », Serge Mumbu Tshimanga, demeurent un outil d’information par excellence pour le décideur marketing. Et il existe trois types d’études de marché, à savoir l’étude quantitative, l’étude qualitative et celle dite documentaire. 

Epluchant le rôle des études d’audience, le coordonnateur a fait observer que les différents sondages d’opinion permettent aux organes de presse de redéfinir leur contenu. Il s’agit, d’une part, de promouvoir les rubriques à forte audience et supprimer celles à faible audience, considérées comme du simple remplissage, et d’autre part, d’élaborer des stratégies commerciales de choc selon les cibles ou les annonceurs, en vue de la floraison des entreprises de la presse écrite. L’objectif principal poursuivi : l’autofinancement et l’indépendance des organes de la presse écrite. Quoique appartenant à des privés, a souligné le coordonnateur de l’agence « Experts », les journaux congolais doivent apprendre à voler de leurs propres ailes, et éviter de fonctionner comme la plupart des dirigeants africains. Une trop dépendance avilit. Ils sont également appelés à plus de professionnalisme pour leur notoriété et leur longévité (se démarquer des appartenances politiques, tribales, provinciales…).

 

Les participants se sont attelés à rechercher, mieux à réfléchir sur les voies et moyens d’accroître le nombre des lecteurs. Et ce, autour de plusieurs axes dont notamment : le contenu (dominé jusque-là par la politique, l’économie et le sport) ; les prix qui doivent tenir compte, d’une part, du pouvoir réel d’achat de la population à grande majorité pauvre et analphabète et, d’autre part, de différents événements de l’année ; les réseaux de distribution en vue d’atteindre le plus grand nombre des lecteurs, à travers la capitale tout comme dans toutes les provinces de la République Démocratique du Congo. 

Michel  LUKA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*