Mbuji-Mayi : deux jours de deuil dans la province

1
128

unnamedInitialement annoncée pour lundi 27 janvier 2013, la cérémonie officielle d’inhumation des victimes de l’explosion de la poudrière du Camp militaire de Baudine 5, à Mbuji-Mayi, a été finalement retardée à la suite d’une décision du gouverneur du Kasaï Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji. On a laissé entendre que l’autorité provinciale n’avait pas encore rencontré les familles éprouvées en vue d’harmoniser sur les modalités d’organisation des obsèques.

         Celles-ci, selon des sources officielles, devraient être totalement prises en charge par l’administration provinciale.

         En attendant la mise en terre des personnes décédées, l’autorité provinciale a décrété un deuil de deux jours sur l’ensemble du territoire du Kasaï Oriental. Les compatriotes de cette province se sentiraient davantage réconforté moralement si un deuil pouvait être décrété ou une minute de silence observée en mémoire des victimes à l’occasion des manifestations officielles.

         On rappelle que le vendredi 24 janvier 2014, l’explosion d’un dépôt d’armes au Camp Baudine 5 a causé la mort de plus d’une vingtaine de personnes, selon le bilan provisoire communiqué par le gouvernement central. Par ailleurs, l’on a dénombré, plus d’une cinquante de blessés ainsi que des dégâts matériels très importants, notamment la destruction de plus de 25 maisons d’habitation. Le quartier le plus touché est celui communément appelé « Snel ».

Une délégation gouvernementale, conduite par le Vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Luba Ntambo, et dans laquelle se trouvait le ministre de la Santé Publique, Félix Kabange Numbi, était signalée le samedi 25 janvier dans la ville de Mbuji-Mayi. Ce dernier a apporté un important lot de médicaments pour la prise en charge des blessés.

         Il y a lieu de signaler qu’une longue chaîne de solidarité s’est rapidement formée en faveur des survivants, dont la restauration dans les hôpitaux est assurée par Caritas. De leur côté, les opérateurs économiques du Kasaï Oriental se sont spontanément mobilisés pour assister les morts, les survivants ainsi que leurs familles. Au terme de leurs cotisations, ils se sont présentés chez le gouverneur Ngoy Kasanji pour lui remettre leurs contributions. Mais, pour des raisons de discrétion, le montant n’a pas été communiqué.

Jusque-là, la thèse officiellement retenue est celle de la foudre qui serait tombée dans le Camp militaire Baudine 5 et qui aurait provoqué l’explosion d’un dépôt d’armes. Des enquêtes fouillées sont vivement souhaitées en vue de déterminer la cause exacte de cette tragédie et de déterminer les responsabilités des personnes qui y seraient éventuellement impliquées.

         Bien que les recherches se poursuivent encore dans l’espoir de découvrir de nouveaux corps, une liste provisoire des victimes formellement identifiées a été dressée.

Elle se présente comme suit :

1) Tshitila Kalenda

2) Mr Ngoy Musonge

3) Mr Timothée Kanda

4) Mme Kapinga Bajika

5) Nasafina (un bébé de deux ans)

6) Mme Mukaji Anto

7) Mr Mulumba Cedric

8) Mr Léonard Tubajika

9) Mr Makenga (Un agent de la Miba)

10)  Mme Nzeba Kalonji

11)  Mme Ndaya Sandra

12)  Mme Mwanza Kabengela

13)  Trois membres de la famille du lieutenant Konde.

1 COMMENT

  1. dommage pour cette province qui n’arrive pas a comprendre son rôle moteur dans la vie du Congo. je pense qu’il y aura toujours des morts chaque année.vous avez oublié l ‘histoire de shegue et le dia mateurs?.on vou tuera jusqu’a la fin de vos jours

LEAVE A REPLY

*