Mbandaka : les soldats présumés pilleurs à la barre

0
62

Le procès des soldats accusés de pillages et de saccage lors des journées chaudes – c’est-à-dire dimanche, lundi et mardi derniers – a débuté mercredi à l’auditorat de garnison militaire de Mbandaka. Selon la Radio Okapi, le sous-lieutenant De Rocha Mboyo a comparu en premier. Il lui est reproché d’avoir pillé la population et les installations aéroportuaires de la Monuc lors des affrontements entre les insurgés Enyele et les éléments loyalistes (FARDC/PNC).

Selon l’accusation, pendant ces événements, l’accusé se serait livré à cœur joie au pillage non seulement des maisons de paisibles citoyens, mais aussi des bureaux en emportant des ordinateurs, et imprimantes, d’autres objets de communication ainsi que de chaises appartenant à la mission onusienne. Toutefois, la défense a sollicité le report de l’audience pour constituer le dossier de son client. Le même temps sera mis à profit par le ministère public pour faire venir ses témoins lors de la prochaine séance qui est fixée à jeudi prochain, le matin au Parc Joseph Kabila.

Ce qui est à encourager dans ce procès reste, sans conteste, la décision de saisir la « peur par les cornes » pour rassurer la population et les personnes morales que l’Etat est encore vivant dans cette partie du territoire national. Sans revenir sur le film des derniers événements, tout observateur attentif peut constater que la population a réellement peur et le devoir des gouvernants est de la rassurer. Ce procès est donc un premier pas dans la bonne direction pour ‘évacuer la peur’ comme nous l’avions relevé dans notre dernière édition. La question que d’aucuns se posent est de savoir si cette volonté affichée ira jusqu’au bout. Personne n’ignore que la discipline est et reste plus que jamais la mère des armées.

SAKAZ

 

LEAVE A REPLY

*