Mazembe pulvérise Espérance (5-0) et file vers le doublé

0
49

La finale aller de la 14me Ligue des Champions de la CAF (Confédération Africaine de Football), disputée hier dimanche 31 octobre sur la pelouse synthétique du stade Frédéric Kibassa Maliba, à Lubumbashi, s’est soldé par une large victoire (5-0), du TP Mazembe de la RDC sur l’Espérance de Tunis. Avec un tel écart, le club congolais, détenteur du titre, s’achemine vers le doublé, à concrétiser toutefois le 13 novembre 2010 sur le terrain de son adversaire, là même où le capitaine Mihayo et ses coéquipiers s’étaient fait humilier (0-3) en phase de poule.

         L’histoire renseigne qu’en 1969, le TP Englebert des légendaires Kalala, Kazadi, Katumba, Saidi, Tshinabu, Mukombo et autres Kabeya Tshotsho avaient largement battu par 5 buts à zéro, en finale aller à Kinshasa, l’Etoile Filante de Lomé du Togo avant de frôler la catastrophe (1-4) en territoire togolais. D’où, la prudence devrait être le maître mot pour le déplacement des poulains de l’entraîneur Lamine Ndiaye dans deux semaines en Tunisie.

         En ce qui concerne le match d’hier, l’opposition tunisienne s’est arrêtée à la 24e minute, avec l’expulsion de Mohamed Ben Mansour, coupable d’un coup interdit sur Kaluyitukadioko, alors que le ballon se trouvait ailleurs. C’est l’un des juges de touche qui a signalé cet acte d’anti-jeu à l’arbitre central. Enervé, les joueurs tunisiens et leur staff technique ont contesté la décision pendant plusieurs minutes, avant de s’incliner.

Leur premier signe de nervosité a été enregistré à la 20me minute, lorsqu’un coup franc exécuté par Patou Kabangu a heurté la barre transversale avant de retomber sur la tête de Kassongo Ngandu, tout heureux de voir le ballon franchir la ligne de but. Alors que le but était indiscutable, les joueurs d’Espérance de Tunis se sont égarés dans une contestation inutile, qui n’a pas du tout fléchi le maître du terrain.

         Menés à la marque et réduits à 10, ils ont subi le jeu jusqu’à la 44me minute, moment où Patou Kabangu s’est fait bousculer rudement dans la surface de vérité, pour un penalty assez sévère exécuté imparablement par Alain Kaluyitukadioko : 2-0.

         Rassurés, les joueurs de Mazembe ont lancé la seconde mi-temps à 100 à l’heure. La pression a rapidement payé. Sur une transversale de Patou Kabangu, un « smach » de Given Singuluma, de la tête, a crucifié le gardien d’Espérance : 3-0 à la 56 minute. Deux minutes plus tard, le même Singuluma a profité d’un cafouillage et d’une balle vomie par le gardien pour fixer la marque à 4-0. Et, à la 74me minute, comme à l’entraînement, Kulukuta a exécuté une transversale qui a atterri sur la tête de Kassongo Ngandu pour le 5-0.

         A ce score, la messe était dite, en dépit des tentatives des joueurs d’Espérance de Tunis de revenir au score. Avec un Kidiaba en forme et un Joël Kimuaki intransigeant, toute fausse note était interdite.

         A la fin de la partie, les footballeurs d’Espérance de Tunis et leurs encadreurs, fous furieux contre le trio arbitral, solidement protégé par la police, ont déversé leur bile sur des cameramen et photographes, entrés sur le terrain pour les dernières images de l’événement.

         Les « Corbeaux » ont fait l’essentiel. Mais, au regard du climat de tension qui régnait dans le camp d’Espérance, le voyage de Tunis risque d’être un enfer. Il leur faudra des nerfs solides pour préserver leur acquis de Lubumbashi et entrer dans l’histoire des doublés de la CAC, à l’image de leurs aînés de 1968.

                                      Kimp.

LEAVE A REPLY

*