Mayay Nkumu à Corneille Nangaa : «le cheval de Troie aux Troyens»

0
236

A Monsieur Corneille NANGAA,

Président de la Commission
Electorale Nationale Indépendante
à Kinshasa/Gombe.

Monsieur le Président,

1. J’ai l’honneur de vous écrire cette lettre pour soumettre à votre bienveillante attention, une proposition concrète et objective, relative au «bourbier» de la machine à voter.
2. En effet, le grenouillage politique autour de la machine proposée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) sous votre direction est la manifestation d’un climat politique particulièrement tendu, indigeste, susceptible de paralyser inutilement la vie de la nation et de bloquer dangereusement toutes les voies du changement, du
développement et du progrès de notre cher pays. Nous devons en être absolument conscients.

Monsieur le Président,

3. La Commission Electorale Nationale indépendante « CENI», est une
institution d’appui à la démocratie, Dans l’organisation de scrutins
électoraux à tous les niveaux, elle doit absolument tenir compte des
textes qui régissent la nation congolaise, notamment: la Constitution
de la RDC, l’Accord Global du Centre Interdiocésain du 31 Décembre
2016, et particulièrement la DECISION N° 065/CENI/BUR/17 du 05
Novembre 2017.
4. La lecture attentive des documents susmentionnés ne décèle nulle
part l’évocation de la machine à voter.
5, Cependant, l’Hebdomadaire International Jeune Afrique n° 3005-3006
du 12 au 25 Août 2018 attribue au Président de la CENI la déclaration
pathétique ci-après: « Sans la machine à voter, il y aura des
élections mais pas en temps et en heure. »

Monsieur le Président,

6. A la lecture de cette déclaration, j’ai été totalement ahuri,
dépaysé, vraiment déconcerté… C’est alors que me surviennent à
l’esprit plusieurs questions dont les principales suivantes:
(1) Le Président de la CENI a-t-il le droit de décider seul, de façon
péremptoire, sur l’avenir et le devenir de la nation congolaise ?
(2) Après les glissements de 2016 et 2017, le Président de la CENT
a-t-il le droit de décider seul, du troisième glissement?
(3) D’où vient enfin la machine à voter et ad quem finem ? (pour
quelle finalité) ?

Monsieur le Président,

7. Pour répondre correctement et objectivement au questionnement
ci-dessus, je vais me référer à la Décision n°065/CENI/BUR/17 du 05
Novembre 2017 portant publication du calendrier des élections
présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et
locales. Et les opérations phares de ce calendrier électoral sont
reprises aux n°38,39 et 40 ainsi structurées au tableau synoptique
ci-après :

Monsieur le Président,
08.     Comme vous voudrez bien le constater au regard du tableau
ci-dessus, à la date du 26 Août 2018, nous sommes toujours dans le
délai en ce qui concerne la .programmation des opérations électorales
préconisées par la CENI aux n°38,39 et 40 du calendrier électoral
élaboré par vous.
09.     Conditionner les élections du 23 décembre 2018 à la machine à
voter ou encore envisager le report desdites élections sous prétexte
d’évacuation éventuelle de la machine à voter reviendrait tout
simplement à vider la CENI de toute crédibilité, dans la mesure où
cette institution chargée d’organiser les élections piétinerait sa
propre décision en la matière.

Monsieur le Président,

10. Je voudrais vous prier de ne pas donner raison à tous ceux qui,
très nombreux dans notre pays, crient urbi et orbi,  que « la CENI
obéit au doigt et à l’oeil aux injonctions de l’exécutif et (qu’elle)
n’est indépendante que de nom ».
11. Personnellement, je vous supplie, Monsieur le Président,
d’envisager la possibilité de vous départir de ce qu’un très grand
nombre de compatriotes considèrent comme votre obsession de la machine
à voter.
12. En effet, la suspicion autour de la machine à voter proposée par
la CENI est telle qu’elle provoque en moi, votre compatriote, cet
irrésistible désir de paraphraser Laocoon, prêtre troyen dans l’Eneide
de Virgile: «Timeo Cornelium Nangam et Mchinam feretem» (il nous faut
absolument nous éloigner de Corneille Nangaa surtout lorsqu’il est
porteur d’une machine à voter).

Monsieur le Président,

13. La machine à voter proposée par la CENI est assimilée au cheval de
bois des Grecs, equus ligneus, instrument fatal pour la destruction et
disparition de la ville de Troie. Est-ce une prémonition pour la RDC,
notre Chère Patrie?
Monsieur le Président,
14. La péroraison de la démarche de• votre compatriote MAYAY NKUMU est
très simple. Elle se résume à cette adresse de votre part à la classe
politique congolaise:

« Mesdames et messieurs,

-Présidentes et Présidents des partis politiques ainsi que des
Organisations de la société civile;
(1). La CENI a reçu de la nation congolaise, la noble mission
d’organiser des élections transparentes, libres et crédibles afin de
donner à notre pays les dirigeants légitimes issus des urnes.
(2). Les scrutins ad hoc doivent normalement se dérouler dans un
climat de paix et de convivialité.
(3). Pour y parvenir, la CENI convie le peuple congolais au strict
respect de nos textes et particulièrement aux dispositions n° 38,39 et
40 du calendrier électoral publié par la décision n°06S/CENI/BUR/17 du
05 Novembre 2017.

Corneille NANGA

Monsieur le Président,

15. Je viens de vous proposer la voie royale pour la crédibilité de la
CENI ainsi que des résultats .des élections qu’elle organise et je
vous en souhaite bonne réception.
Veuillez agréer, Monsieur le Président l’expression de ma modeste
contribution patriotique par et pour l’amour incorruptible du bien.

MAYAY NKUMU