Mauvaise orientation d’élèves : un facteur d’échecs scolaires

0
29
Allocution du ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire, Gaston Musemena Bongala lors de l’exposition du cycle de l’eau par l’UNICEF à Kinshasa, le 05/03/2018. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Allocution du ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire, Gaston Musemena Bongala lors de l’exposition du cycle de l’eau par l’UNICEF à Kinshasa, le 05/03/2018. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Gaston Musemena Bongala, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) a souligné l’importance que revêt le service de l’Orientation Scolaire et Professionnel (O.S.P.) – implanté dans notre pays depuis 1956 par le ministre belge des
colonies – au sein non seulement de son ministère, mais aussi de celui
de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU). C’était le samedi,
14 juillet 2018, à l’ISP/Gombe, à l’occasion de la commémoration d’un
double anniversaire : celui de l’an ‘62 de l’OSP et de l’an 1 du
Centre National de l’Orientation Scolaire et Professionnel (CENOSP).
L’impact de l’OSP sur l’enseignement a conduit le ministre de l’EPSP à
restructurer ce service en 2017, en mettant sur pied le CENOSP pour
lui donner les moyens d’agir avec efficacité et rationalité dans le
grand mouvement des réformes en cours dans  ce secteur de l’Education.
En effet, pour le ministre de l’EPSP, l’atteinte des objectifs visant
à hisser le dispositif éducatif et la formation au niveau
d’accompagnement du développement général et intégral du pays implique
également la prise en compte effective de l’Orientation scolaire et
Professionnelle pour asseoir la réforme sur l’éducation de base. Nul
n’ignore que la mauvaise orientation de l’enfant est l’un des facteurs
de l’échec scolaire. Voilà pourquoi, a-t-il soutenu, on aimerait qu’à
la fin de la 8ème année de l’éducation de base, les élèves puissent
bénéficier d’un encadrement des spécialistes en la matière dans le
choix de sections et options d’études en tenant compte de leurs
aptitudes, goûts et intérêts pour réussir plus tard dans la carrière
professionnelle et visant le principe de placer l’homme qu’il faut à
la place qu’il faut.

Un principe : «de ton choix dépend ton
avenir»
Gaston Musemena a invité les Congolais à considérer qu’un enfant ne
vient pas au monde pour vivre nécessairement les rêves de ses
responsables ou caresser leurs projets de vie ratés. Mais ils doivent
comprendre que l’enfant a aussi ses droits, ses rêves et ses
aspirations. C’est ainsi qu’on dit : « de ton choix dépend ton avenir
». Il a demandé l’implication de tous les acteurs et opérateurs
éducatifs à tout mettre en œuvre pour la participation efficiente et
rationnelle de l’OSP dans la matérialisation de la réforme sur
l’éducation de base. Et pour ce faire, il a insisté sur
l’indispensable collaboration de son ministère avec celui de l’ESU.
Enfin, il a procédé au baptême du livre : « La pratique de
l’Orientation Scolaire et Professionnelle ».
Bo-Mtula, représentant le secrétaire général de l’EPSP, a souligné
que la journée était un tournant décisif pour l’EPSP du fait que l’OSP
contribue de façon significative à aider les apprenants sur le plan
psycho-pédagogique pour la réussite dans la vie. Par ailleurs, Odon,
directeurs du CENOSP, a brossé l’historique du service OSP – créée en
RDC le 15 juillet 1956 – mais fêté le ce jour du  fait que le 15
juillet 2018 a coïncidé avec un dimanche. Il a présenté des planches
qui sont des outils de travail des orienteurs. Elles reprennent les
diverses options avec leurs corps de métiers. Enfin, il a
particulièrement remercié diverses autorités de l’EPSP qui ont
concouru à la promotion de l’OSP jusqu’à ce jour.
Il convient de noter qu’il y a eu divers témoignages, dont celui du
chef de service d’accueil, d’orientation et de guidance de l’UPN et
celui d’André Kabangu, préfet de l’Institut Lumumba de Limete, qui a
démontré l’efficacité des conseillers d’orientation dans l’encadrement
des élèves de son école.              SAKAZ