Matungulu interpellé par Beni et l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle

0
78

Freddy-Matungulu-1140x641En séjour à l’étranger, Freddy Matungulu, président de « Congo na biso » et candidat déclaré à l’élection présidentielle, s’est exprimé au sujet de l’insécurité récurrente à l’Est du pays et de la lecture que la Cour Constitutionnelle vient de faire de l’article 70. Dans l’un comme l’autre cas, il se dit fortement peiné et en appelle à un changement de gouvernance au sommet de l’Etat, par des voies démocratiques. Cette lutte pour le changement implique, à son avis, une forte mobilisation populaire en faveur de vrais patriotes. Ci-dessous son message :

Après avoir passé en revue la situation politique et sociale du pays en ce mois de mai 2016,  j’exprime ma profonde indignation face aux massacres récurrents des populations de la région martyrisée de Beni, dans le Nord-Kivu. En même temps, je remercie et félicite le peuple congolais pour son grand élan de solidarité  envers nos frères et sœurs des contrées concernées, et demande au Gouvernement de mettre urgemment un terme à
ces inacceptables atrocités;
– Dans ce contexte difficile, je réaffirme mon attachement au strict
respect de la Constitution et demande au Président Joseph Kabila et à
son gouvernement d’accélérer les préparatifs de l’élection
présidentielle en vue de sa tenue dans les délais constitutionnels et
du transfert pacifique du pouvoir au nouveau Président élu au terme du
deuxième et dernier mandat du président partant, le 19 décembre 2016 ;
– A ce sujet, je déplore et exprime ma forte opposition au récent
arrêt de la Cour constitutionnelle qui légalise le glissement et, de
ce fait,  équivaut à une révision implicite de la Constitution ;
– Je rappelle, comme l’exige la Constitution, que si l’élection
présidentielle n’est pas organisée dans les délais, elle devrait
intervenir au plus tard 120 jours après la fin du mandat du président
partant, par les soins du Président du Sénat, Président intérimaire;
– Je soutiens sans réserve la demande de l’écrasante majorité de la
population congolaise pour un changement vrai après le départ le 19
décembre prochain  de Joseph Kabila de la Présidence de la République,
comme l’exige la Constitution du pays ;
– Enfin, j’encourage les forces du changement vrai à participer
massivement à la marche du 26 mai et leur demande de se ranger
derrière le candidat de l’Opposition qui incarne le mieux l’aspiration
de notre peuple pour un nouveau leadership politique intègre,
respectueux du bien et des deniers publics, et porteur d’un projet de
société conséquent.»
Fait à Amsterdam, le 18 mai 2016

Freddy Matungulu
Initiateur de Congo
na Biso