Matungulu et Diongo unis contre le «contournement»

0
68
Diongo_et_Matungulu_484_280C’est le début d’une idylle politique entre le président de « Congo na Biso » et celui du Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP). En effet, à l’issue d’un entretien, le samedi 9 octobre 2015 dans la matinée au siège du MLP, sur l’avenue de l’Enseignement, Fréderic Matungulu et Franck Diongo ont exprimé leur volonté de se serrer les coudes pour lutter contre le glissement qu’ils appellent « contournement ».
Ces deux  acteurs politiques n’ont pas exclu la possibilité de conclure une alliance en faveur du peuple congolais pour protéger la démocratie. Le président de « Congo na Biso » et celui du MLP ont réaffirmé leur attachement aux valeurs de la République, notamment la démocratie, les droits de l’homme et le progrès.
Revenu au pays de ses ancêtres le 3 octobre 2015, Fréderic Matungulu a résolu de prendre langue avec des acteurs de toutes les forces politiques et sociales qui travaillent pour l’alternance, afin de mieux s’imprégner de la situation réelle du pays, qu’il avait quitté en 2003, après sa démission en qualité de ministre des Finances , Budget et Economie, dans le tout premier gouvernement de Joseph Kabila. C’était avant la mise en place du « Régime 1+4 », issu de l’accord global et inclusif de Sun City.
Concernant sa candidature à la prochaine élection présidentielle, cet ancien haut fonctionnaire du FMI a promis de fixer l’opinion, dans un avenir très proche, après des consultations avec d’autres acteurs politiques de l’Opposition.
Matungulu s’est déclaré fort satisfait de sa rencontre avec Franck Diongo, avec qui il avait déjà eu à échanger sur les questions d’intérêt national, pendant son séjour aux Etats-Unis d’Amérique.
Il n’a pas manqué de faire un clin d’œil aux membres du G7, qui viennent de démissionner en cascade de différentes institutions nationales et provinciales du pays.
Le leader de « Congo na Biso » a souligné que l’exercice de la fonction politique devient inopportun lorsqu’on ne peut plus répondre aux attentes du peuple.
Pour sa   part, le président du MLP a loué le sens élevé de patriotisme de son hôte, qui a abandonné son fauteuil de Directeur au Fonds Monétaire International et le ciel clément de l’occident pour revenir au pays lutter et travailler pour le bonheur de son peuple, avec les autres forces acquises au changement .
Franck Diongo a rappelé que  dans le passé, Fréderic Matungulu avait démissionné de son poste  de ministre des Finances, Budget et Economies pour protester contre la mauvaise gouvernance du régime en place. Concernant la situation politique du moment, cet élu de Kinshasa a réitéré l’urgence de la demande nationale pour la tenue des élections présidentielle et législatives nationales dans les délais constitutionnels.
Il a accusé le pouvoir en place de bloquer le processus électoral par de manœuvres dilatoires. Diongo a réitéré la nécessité de mettre en place un front commun pour débloquer le processus électoral et offrir au peuple congolais de bonnes élections, dans les délais requis.
ERIC WEMBA