Matata promet : en 2030, la RDC sera un pays émergent

0
359

matataD’ici quinze ans, la RDC va atteindre le niveau des pays émergents. En prenant cet engagement lors de la conférence de presse tenue hier dans la grande salle des réunions de son cabinet de travail à Gombe, Augustin MATATA Ponyo s’est basé sur les performances enregistrées tout au long de l’année dernière. Qu’est-ce qui concourt encore à l’émergence de la RDC d’ici quinze ans ? Il suffit d’observer le contexte économique international à ce jour très difficile et défavorable, notamment le taux de croissance en Europe qui est très bas mais qui semble s’améliorer aux Etats-Unis et qui affecte sérieusement certains Etats émergents. Cependant, faut-il le souligner, en dépit de ce tableau sombre, la RDC s’en sort mieux.

Le taux d’inflation de l’ordre de 1 %, celui de dépréciation monétaire au niveau zéro, celui de change très stable, le PIB de 600 dollars Us per capita. Cela traduit une gestion financière saine et maitrisée. Il faut aussi signaler l’amélioration du climat des affaires qui se traduit par de nombreux investissements dans tous les domaines de la vie de la nation.
Toujours volontariste et engagé, le Premier Ministre a noté avec satisfaction que le bilan de l’année 2014 est largement positif dans divers secteurs de la vie de la nation. Raison pour laquelle, le gouvernement compte consolider la paix et la sécurité à travers toute la République et c’est ce qui explique les opérations militaires déclenchées il y a plus de deux semaines par les FARDC, sans l’assistance de la Monusco, pour traquer les éléments des FDLR.
Sur le plan économique, le taux de croissance va atteindre les 2 chiffres, un niveau jamais atteint depuis l’indépendance du pays en 1960. Il va donc falloir poursuivre les réformes structurelles pour libérer la croissance et améliorer le climat des affaires. A ce jour, a souligné le Premier Ministre, le Produit Intérieur Brut per Capita est de l’ordre de 600 dollars Us comme cela fut le cas à l’accession du pays à la, souveraineté internationale. C’est pour la première fois que la RDC retrouve ce record et le dernier rapport annuel rendu public par le PNUD ou le Programme des Nations-Unies pour le Développement en fait foi.

F.A.R.D.C : instrument de dissuasion efficace

Pour parvenir à cet élan, le gouvernement a mis en place un programme de professionnalisation des FARDC qui s’est soldé par de nombreuses victoires sur terrain. Notamment, l’écrasement du M23 et le démantèlement des poches détenues jusque-là par les éléments de l’ADF-Nalu. Encouragé par ces victoires sur le terrain, sous l’inspiration et la vision du chef de l’Etat, le gouvernement a alors instruit l’Etat-Major Général des FARDC de déclencher les opérations de désarmement forcé des FDLR. Les résultats sont lénifiants et encourageants, car en quinze jours, les ¾ des poches où se cachaient ces rebelles rwandais ont été nettoyées et l’on compte de centaines des prisonniers capturés ou qui se sont rendus, dont quatre hauts responsables qui seront bientôt remis à la Croix Rouge Internationale  comme des prisonniers de guerre. Quelques-uns d’entre eux se sont réfugiés dans la forêt et vont être rattrapés
bientôt. Les FARDC sont devenues un instrument efficace de dissuasion car faisant preuve d’une éthique exemplaire, d’une discipline louable, d’une témérité jamais vécue, à part quelques dérapages humaines constatés sur le terrain des opérations.

Diplomatie moderne et dissuasive

Toujours dans son programme destiné à atteindre le niveau des pays émergents d’ici 2030, le gouvernement a rendu public le calendrier électoral global. Il s’agit là d’une voie tracée pour permettre au pays de renforcer le processus de la démocratisation en vue de se doter des institutions politiques légales et légitimes
Considéré par feu Franz Fanon comme la gâchette du revolver Afrique, la RDC se devait de retrouver son leadership sur ce continent. D’où sa présence fort remarquable dans toutes les organisations tant régionales qu’internationales pour faire entendre et pourquoi pas imposer sa voix. C’est ce qui lui a permis de gagner autant sur le terrain militaire que sur le tapis vert grâce à une diplomatie dissuasive et moderne, s’est réjoui Matata Ponyo.
Le secteur social du congolais a connu des améliorations notables et visibles. Dans le domaine des transports en commun, le gouvernement a financé l’achat de près de cinq cent autobus de marque Mercedes au prix d’une unité pour 100.000 dollars Us. Il y a aussi des bus prêtés aux hommes d’affaires  privés du nom « Esprit de vie ». Dans deux mois, la SNCC sera dotée de vingt locomotives neuves  pour améliorer la desserte sur certaines lignes. Pour le secteur aérien, la Société Congo Airways va être bientôt opérationnelle pour soulager les congolais tant sur le plan national, régional qu’international avec des aéronefs performants car dotés d’une technologie de pointe. Que des routes d’intérêt national et de desserte agricole n’a-t-on pas réhabilitées!
La politique d’indépendance du ventre a été prise en compte avec le projet agro-pastoral de Bukanga-Lonzo qui va produire ses tout premiers produits dès ce samedi. Un vaste projet qui va s’étendre sur toute l’étendue du territoire national, a précisé Matata Ponyo. Des efforts sont aussi consentis dans d’autres points agropastoraux par le biais d’appuis financiers aux initiatives privées. IL est en ainsi du programme agropastoral lancé il y a plus de deux ans à travers toutes les provinces de la République.
Côté scolaire, le gouvernement a pris l’engagement de construire chaque année 1.000 écoles à travers toutes les onze provinces. Le programme de la santé prévoit la réhabilitation des 500 centres de santé et plusieurs hôpitaux. Le chef de l’Etat vient d’inaugurer la sortie du chantier naval de l’historique bateau ITB Kokolo, complètement réhabilité, qui va renforcer le trafic sur le fleuve Congo et les travaux d’aménagement de l’aéroport modulaire sont en voie d’être achevés d’ici trois mois. C’est ainsi que grâce à tous ces efforts consentis, le taux du chômage a connu une baisse sensible passant de 60 à 40 %, s’est exclamé le Premier ministre.
F.M.