Matata Ponyo face à la multiplicité de centres de décision

0
58

Au lendemain de sa nomination au poste de Premier Ministre pour le nouveau  quinquennat de Joseph Kabila, c’est plutôt de manière mesurée que la classe politique dans son ensemble, les médias  et la population ont accueilli à Matata Ponyo.  Technocrate rompu à la bonne gouverne dont il veut en faire son cheval de bataille, réputé bon travailleur pour avoir réussi le processus Pays pauvres très endettés avec les institutions de Bretton Woods avec à la clé  l’effacement de près de 14 milliards de dette de la Rd Congo, l’homme doit se montrer à la hauteur de défis  qui l’attendent et répondre à la population qui n’attend que voir du concret. Autrement, il sera sévèrement jugé.  

Ainsi, outre l’impératif de restaurer à tout prix l’autorité de l’Etat, un Etat de droit et une gestion saine et efficiente des finances publiques où la prédation règne en maitre à cause du «  gouvernement parallèle », l’opinion attend de lui qu’il puisse mettre fin sur le plan législatif  au chevauchement de compétences dont certains ministères sont victimes par le fait  de lois  devenues caduques et inopérantes.  En effet, la bonne gouvernance implique normalement de la part du Premier Ministre et de son gouvernement réputé être celui des technocrates avec pour ligne de mire la « révolution de la modernité », un contrôle  sans faille des finances publiques dans tous les secteurs  afin de ne pas laisser de fonds échapper à son contrôle et disparaitre sans laisser de trace.

Sur le plan du droit, le Premier Ministre et son gouvernement  devraient initier au plus vite  une loi devant le parlement afin que cesse cette dichotomie institutionnelle qui place  certaines structures ou institutions de l’Etat sous le contrôle d’autres institutions par défaut de qualité, cela dans beaucoup de secteurs. Parmi ces institutions, se trouvent être l’Autorité de l’aviation civile (AAC) et l’Autorité  régulation des postes et télécommunications. Toutes les deux fonctionnent sous la tutelle de la présidence de la République, alors que sur le plan administratif ou de compétence, elles devraient répondre soit du ministère des PTT soit celui de Transports et voies de communications.

Or, selon les prescrits de la Constitution du 18 février 2006, le Président de la république est juridiquement irresponsable et  n’est pas compatible de la gestion du pays au quotidien devant l’Assemblée nationale.
Ainsi pour réussir, le gouvernement doit tout faire pour mettre fin à ce chevauchement.
Kin Key Mulumba,  surtout en ce qui le concerne comme théoricien et praticien utilisateur de Technologies de l’information et de la communication, s’il veut laisser une patte indélébile sur son actuel portefeuille, comme l’ont fait Koyagialo au Katanga et Fundu Kota au   Nord-Kivu dans l’administration du territoire sous la deuxième république, au même moment qu’il doit peser de tout son poids pour faire voter la loi sur les télécommunications pour remplacer celui de 2002 devenue caduque et inconstitutionnelle à certains points ;  réussir le pari de la fibre optique dont la saga continue à faire encore couler beaucoup d’encre et de salive.

Cela,  afin de démocratiser et généraliser  l’utilisation de l’internet qui fait  partie de critères d’un pays émergeant d’autant plus que la Rd Congo va abriter  le 14ème  Sommet de la Francophonie au mois d’octobre prochain; mettre sur pied au plus vite comme le prévoit le législateur l’opérateur public capable de gérer la manne financière générée par le Code 243 et faire du téléphone un outil de développement intégral;  redynamiser les activités de la poste congolaise qui souffre de sa faible intégration et de son manque de fiabilité. 
S’agissant du secteur aérien, l’AAC exerce des missions de nature à installer des conflits permanents avec la RVA.
En somme, si Matata Ponyo veut aussi réussir, celui-ci doit tout faire pour  mettre fin aux multiples centres de décisions qui échappent à son contrôle et  risquent de saper son action à la tète de ce gouvernement voulu technocrates.

A.V.  

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*