Matata Ponyo  aux investisseurs: « Soyez sans crainte ! »

0
87

matata« La RDC est un pays d’avenir rentable pour les investisseurs. Son économie est prometteuse… Le pays a adhéré à l’OHADA, une raison de plus pour sécuriser les investissements nationaux d’une part, et, internationaux d’autre part », a martelé le 1er ministre de la République Démocratique du Congo, Augustin Matata Ponyo, lors de la cérémonie de lancement officiel de la 3ème Edition de la « Semaine Française de Kinshasa », dans la soirée d’hier, mercredi 1er juin 2016 à la Halle de la Gombe, dans la commune de la Gombe. Lancée mercredi, cette 3ème Edition se clôturera le samedi 04 juin 2016.

Organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Congolaise (CCIFC), cette édition est placée sous le thème : « Emergence de la RDC, opportunités d’affaires». Trois allocutions étaient prononcées à
cette occasion.

D’entrée de jeu, c’est le président du Conseil d’Administration de la CCIFC, Ambroise Tshiyoyo, qui a salué les réussites des deux précédentes éditions, puis présenté les motivations de la Chambre à organiser cette 3ème édition.

En effet, pour lui, le thème principal de la 3ème édition donne lieu aux différentes conférences suivant les secteurs d’investissements. Durant ces quatre jours, il y aura trois forums sur les thématiques suivantes : les infrastructures urbaines (transport ; énergie; eau; assainissement; partenariat féminin; climat des affaires) ;
Banque-assurances (rencontres B to B, table ronde-médias, etc.) ; et enfin, Emploi-Formation, où les échanges porteront plus sur l’emploi des jeunes ; etc.

Il a, en outre, insisté sur le fait que cette rencontre des opérateurs économiques et investisseurs Franco-Congolais n’a qu’un seul but : « sceller le partenariat important entre les deux peuples ». Car, la consolidation des relations des deux Etats permet de booster le secteur économique vers l’émergence, en s’offrant les
opportunités d’affaires de part et d’autre.

De son côté, l’ambassadeur de France à Kinshasa, Rémy, a salué l’engagement personnel du 1er ministre qui a pris part à toutes les éditions de ce forum et accepté de lancer officiellement ces travaux.

Invitation aux investisseurs

Dans son allocution, le chef du gouvernement congolais a relevé
plusieurs points importants sur la stabilité macro-économique de la
République Démocratique du Congo, notamment, les projections de la
croissance économique; la maîtrise du taux d’inflation, la
stabilisation du Produit intérieur brut (PIB); le contrôle du taux
d’échange sur le marché ; l’adhésion de la RDC à l’OHADA, instance
continentale qui permet de sauvegarder les intérêts des investisseurs;
etc.
A l’en croire, ces éléments constituent le socle même d’une garantie
sociale, financière et régénératrice des ressources pour les
investisseurs ayant choisi la République Démocratique du Congo comme
zone d’investissements ainsi que ceux qui choisiront le même Etat pour
démarrer ou poursuivre leurs activités. Car, a-t-il renchéri, le
gouvernement sous l’impulsion du chef de l’Etat, s’attèle à
l’amélioration du climat des affaires dans tous les secteurs.
Au sujet du climat politique du pays, le 1er ministre a indiqué que
les investisseurs doivent être sans crainte, d’autant plus que le
président de la République a convoqué le Dialogue National, afin de
pouvoir échanger avec toutes les couches de la population sur les
grandes questions de la nation, dont l’organisation des élections. «
Le souci du n°1 du pays est d’organiser les élections dans un climat
apaisé », a-t-il martelé.
Notons qu’à son arrivée, le chef du gouvernement avait commencé par
une ronde des différents stands installés en ce lieu, où il a
découvert divers produits et services. Dans le lot des exposants, il y
a Canal +, Target, CCIFC, BCDC, province du Nord-Kivu, Bracongo,
SESOMO, la Regideso, etc.
Interrogé à cette occasion, Serge Mumbu, le n°1 de Target Research &
Consulting, cabinet d’études de marché en RDC, a indiqué que ce marché
est une opportunité pour aider les entreprises à réaliser avec succès
leurs objectifs de performances et de rentabilité commerciale ainsi
que financière. Ceci permet aussi d’augmenter les opportunités
d’affaires en créant de l’emploi en vue d’éradiquer la pauvreté dans
le pays.
Dorcas NSOMUE