Matadi : pénurie d’eau : le directeur provincial de la Régideso rassure !

0
46

Après le calvaire de manque d’eau au robinet qu’a connu la population vivant au chef-lieu de la province énergétique du Bas-Congo la semaine en cours, le n°1 de la Régie de distribution d’eau(REGIDESO SARL)/Bas-Congo, David PELO KOSI, car c’est de lui qu’il s’agit, a tenu un point de presse ce vendredi 03 juin 2011 à l’usine de captage fleuve (Communément appelée LIBONGO). Vieille de 72 ans, sa défectuosité  pose actuellement problème au regard de la croissance démographique que connaît la ville en raccordements illicites et fuites d’eau, surtout avec les installations de la tuyauterie souterraine amortie nécessitant remplacement.

D’entrée de jeu, le Directeur PELO en compagnie de son staff technique a, en présence du maire de Matadi Jean Marc NZEYIDIO, rassuré les Matadiens qu’une situation analogue de baisse des eaux du Fleuve s’était déjà produite dans les mêmes installations en 2005. En technicien averti, des dispositions pratiques étaient déjà prises quant à ce et même communiquées à l’autorité en temps réel consistant à déplacer les groupes motopompes vers des massifs préconçus pour la cause après analyse bien entendu des indicateurs variables (c.à.d. Niveau d’eau, mesure, température, ampérage, etc.) en vue de contourner le pire.

Malheureusement, l’un des groupes sur les quatre s’est grillé, et devait  être rebobiné. C’était le début du déferlement généralisé des populations dans les rues et avenues de Matadi jusqu’au Fleuve à la recherche d’eau, avec tous les risques  d’accidents éventuels.
S’apparentant à un signe indien, contre toute attente, la grosse coude servant de jointure d’environ 10 kgs s’est dissimulée sous eaux profondes rendant l’équation difficile à résoudre.

« Ce sont des circonstances malheureuses qui arrivent tant en période de crue que d’étiage. Mais nous, notre rôle, c’est de servir la population en eau potable, car l’eau est une denrée irremplaçable et c’est d’ailleurs la vie», dixit le Directeur PELO KOSI.
C’est sans peur d’être contredit qu’il a solennellement confirmé  à la presse locale : « Nous sommes à 75% de la solution et la desserte habituelle en eau potable est imminente ». Nous y reviendrons pour l’intérêt de la cause surtout que la Banque Mondiale a financé le projet de réhabilitation du circuit d’adduction d’eau pour la ville de Matadi à hauteur de 20 millions de dollars US. L’heure est aux études de faisabilité pour un début probable des travaux en 2012.  

Emmanuel LUKEBA

LEAVE A REPLY

*