Massacres du Kassaï : la Dynamique prépare une plainte contre l’Etat congolais

0
137

La Dynamique de l’Opposition tient absolument à voir clair dans les
massacres d’innocents, civils comme citoyens en uniforme à travers
l’espace kasaïen, suite aux affrontements à répétition entre les
forces de sécurité (Armée et Police) et les miliciens de Kamuena
Nsapu.

Dans le souci d’établir les responsabilités des commanditaires et
auteurs de multiples fosses communes découvertes dans cette partie du
territoire nationale, la Dynamique a décidé de porter plainte contre
l’Etat congolais.

Selon son coordonateur adjoint, qui a fait cette annonce à l’issue de
la messe organisée par son groupement politiques en mémoire des
victimes de ce qu’on considère déjà comme des crimes contre
l’humanité, le vendredi 21 juillet 2017 à la Cathédrale Notre Dame du
Congo, à Kinshasa/Lingwala, les avocats de la Dynamique se trouvent
déjà à pied d’oeuvre pour se constituer partie civile.
André Claudel Lubaya a fait savoir quelques uns de ces avocats se
trouvent sur place à Kinshasa pour recevoir les plaintes et doléances
des victimes vivantes et des familles de celles qui sont déjà décédées
avant poursuivre les auteurs visibles et invisibles de la « guerre »
planifiée par une main noire et imposée aux populations du Kasaï.
L’élu de Kananga n’a pas exclu l’hypothèse de la saisine des
juridictions internationales si toutes les voies de recours sont
épuisées sur le plan interne.
Pour André Claudel Lubaya, les responsabilités doivent être
absolument établies dans les dossiers des tueries et fosses communes,
pour mettre fin à l’impunité des auteurs physiques et de leurs
parrains, surtout que tous les jours qui passent, des milliers
d’autochtones du Grand Kasaï continuent de payer un lourd tribut à
l’insécurité.
Pour sa part, le Coordonateur de la Dynamique, Martin Fayulu, a
appelé à la solidarité de toute la nation congolaise vis-à-vis du
peuple du Kasaï. Il a profité de la circonstance pour annoncer le
lancement d’une collecte de fonds en faveurs des victimes des
affrontements entre forces de sécurité et miliciens de Kamuena Nsapu.
ERIC WEMBA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •