Masina : les « wewa » rejettent les casques

0
45

Les conducteurs des taxi-motos exploitant l’axe BKTF-Mapela, dans la commune de Masina, travaillent sans casques, en dépit des instructions strictes de la Police de Circulation Routière (CPR) relatives à la sécurité des usagers. Ils sont plus d’une centaine à circuler à travers les artères de cette municipalité, sans casques. Interrogé au sujet de ce qui s’apparente à une « rébellion » contre les normes établies, le président des « wewa » de Masina, Serge Kandoli Kilubi, soutient que les casques dégagent une chaleur qui met mal à l’aise ses collègues motocyclistes et leurs clients. Il y a ensuite déploré leur coût jugé exorbitant, soit plus de 10 dollars pièce, ce qui n’est pas financièrement à leur portée. La troisième raison est que les casques se détériorent rapidement, ce qui oblige son porteur à le renouveler tous les mois.

Sur le terrain, la taxation des courses dépend du parcours. Il est par exemple exigé 250 FC congolais au voyageur entre la maison communale de Masina et la paroisse Saint Barthelemy, au quartier Mapela. La distance séparant cette paroisse du marché Mulondo, au quartier 3, est taxée à 400 ou 500 fc. Les « wewa » sont opérationnels toute la journée, jusqu’au-delà de minuit et prêts à déposer leurs clients à domicile, moyennant une tarification spéciale, égale au double de la course ordinaire.

Muzingu Grison

(stg/ Unikin)

LEAVE A REPLY

*