Marchés publics : l’ARMP forme des cadres du secteur privé

0
37

Le ministre des petites et moyennes entreprises et classe moyenne, Pancrace Boongo Nkoy, a présidé hier lundi 11 mai 2015, à l’Inspection générale de finances, le lancement de la session de formation des cadres du secteur privé axée essentiellement sur la préparation et l’exécution des marchés publics. Session organisée par l’Autorité de régulation des marchés publics ( ARMP) et financée par la Banque mondiale, dans le cadre de son Projet de développement et compétitivité du secteur privé ( PDCSP).

            Dans son discours de lancement de ce programme de renforcement de capacités, le ministre des PME et CM a reconnu que le marché public est un levier important du développement des entreprises dans une économie basée sur le secteur privé et l’approche de création d’une classe moyenne congolaise. Aussi il a rendu un vibrant hommage au président de la république qui a jeté les bases de la modernisation du système de passation des marchés publics de la RDC, par la promulgation de la loi n° 10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics.

Après avoir remercié la Banque mondiale pour son appui au gouvernement, il a félicité les dirigeants de l’ARMP pour l’organisation de cette formation en ce moment où le pays est engagé dans la voie de l’émergence à l’horizon 2030.

            Aux énormes difficultés administratives et commerciales pour accéder aux marchés publics, notamment la sous–représentativité des PME congolaises aux marchés publics, il a préconisé dans sa politique sectorielle, une panoplie de solutions dont l’identification de bonnes pratiques  permettant leur accès au marché public, leur sensibilisation à se regrouper en corps de métier, la co-traitance et d’autres politiques de soutien aux PME et leur formation en matière de passation des marchés publics.

            Objectif de la formation : outiller le secteur privé à mieux maîtriser les procédures de passation des marchés publics

            Le D.G. de l’ARMP a d’abord souligné l’intérêt que revêt cette série de formations qu’organise son institution, avant d’insister sur les avantages de la maîtrise de la loi n° 10/010 du 27 avril 2010 en ce qu’elle impose des règles et des procédures que les soumissionnaires du secteur privé doivent comprendre et appliquer.

            A l’occasion de la toute première formation des cadres du secteur privé sur la préparation des soumissions et l’exécution des marchés publics, le D.G. Stanys Bujakera Sangano a fait savoir que l’ARMP va lancer huit sessions de formation et une session de formation des formateurs. Engagée dans le renforcement des capacités des acteurs de la commande publique, son institution s’est réjouie du bilan déjà réalisé dans ce domaine. A la fin du premier trimestre 2015, l’ARMP totalise 3.955 cadres formés sur les nouvelles procédures de passation des marchés publics.

            Les représentants de la FEC, la Fenapec, la Copemeco et d’autres corporations professionnelles qui apprendront davantage sur les dossiers d’appel à la concurrence, d’évaluation des offres et de gestion des marchés publics d’excellente qualité, seront outillés dans la préparation des offres ou des propositions compétitives et l’exécution correcte des marchés publics. Le DG de l’ARMP a également noté que ce projet vise le développement progressif d’un secteur privé plus compétitif appelé à jouer un rôle moteur de développement durable et devenir le principal pourvoyeur de l’emploi après la fonction publique.

            Le représentant de la Banque mondiale, Jean Mabi Mulumba, a indiqué pour sa part, que cette formation entre dans le cadre du programme de soutien de la BM au gouvernement congolais, surtout dans le domaine des réformes visant l’amélioration de la compétitivité du secteur privé. 3.900 acteurs formés, c’est dire comment cette institution met un accent particulier sur la formation qui aidera les acteurs du secteur privé à éviter les erreurs du passé, afin de jouer leur partition dans l’exécution des marchés publics.

            Cette formation étalée sur deux semaines, sera animée par deux consultants nationaux et deux consultants internationaux.

J.R.T.