Marché central : retour au calme après le meurtre d’une Congolaise en Inde

0
174

zandoAprès la vive tension qui a régné la semaine passée au Marché central de Kinshasa et ses alentours, à la suite du meurtre en Inde d’une Congolaise par son mari indien, le climat est relativement revenu au calme pendant la journée d’hier lundi 11 juillet 2016. Les magasins
des expatriés indo-pakistanais, principales cibles des vendeurs ambulants qui désiraient se venger de la façon dont les Congolais sont traités en Inde, ont rouvert les portes sous la protection des éléments de la police congolaise. Aucun incident n’a été enregistré
du côté des Indiens, menacés de pillage au cas où ils osaient ouvrir leurs magasins.

Dans certaines échoppes par contre, ces expatriés n’ont pas voulu
être visibles par crainte d’être lynchés ou accueillis par un jet des
pierres comme c’était le cas la semaine dernière.  Ils ont ainsi placé
des gérants congolais pour superviser l’ensemble des activités au sein
de leurs magasins le temps qu’ils soient assurés que leur sécurité
était garantie.
Certains vendeurs ambulants rencontrés sur l’avenue du Commerce ont
indiqué au Phare que leur comportement vis-à-vis des sujets
indo-pakistanais était une façon de lancer un message fort
d’indignation du peuple congolais sur la façon dont leurs compatriotes
sont traités là-bas. L’un d’eux a expliqué qu’ils ont décidé de
revenir sur leur décision suite à l’appel lancé par les autorités du
pays et espèrent que cette fois-ci, une décision sera prise du côté du
gouvernement afin que les Congolais soient désormais respectés à
l’extérieur du pays, où qu’ils s’y trouvent. «C’est la fois qu’un
Congolais est tué en Inde sans que l’on sache le sort réservé aux
meurtriers… Cette fois-ci, nous souhaitons que l’assassin de cette
jeune dame soit jugé de manière impartiale… A défaut, qu’il soit
extradé vers Kinshasa pour répondre de son acte devant les
juridictions congolaises», a laissé entendre un vendeur des sachets en
plastique.
Il sied de noter que la réaction du côté de l’Inde n’a pas tardé à se
faire entendre après ces meurtres répétés. Le deuxième secrétaire
d’Ambassade de l’Inde en RDC, J.S DANGI, a condamné avec force ce
meurtre mais a demandé au gouvernement congolais de sécuriser  les
vies et les biens de tous les Indiens résidant en RDC. Avant de
signaler qu’il s’agissait d’une discorde conjugale qui a conduit au
drame et que le meurtrier de Cynthia Vechel,  avait été aussitôt
appréhendé par ses propres frères qui l’avaient remis à la police.
Présentement, celui-ci est bel et bien en détention tout en assurant
qu’il va subir la rigueur de la loi.  Ce qui signifie, selon lui, que
l’Inde et ses ressortissants n’ont en aucun cas soutenu des actes
odieux du genre.
Par ailleurs, le diplomate indien a regretté la désinformation qui a
fait circuler de fausses informations à travers la presse et les
réseaux sociaux, concernant ce meurtre. Il a demandé la compréhension
des Congolais pour que les indiens résidant en RDC depuis plusieurs
années continuent de vivre comme par le passé et que cet incident ne
remette pas en cause les relations amicales qui existent entre nos
deux pays. Notons que  ce diplomate s’est exprimé au cours d’un point
de presse qu’il a tenu à sa chancellerie au sujet du meurtre de
Cynthia Vechel Kadima par son mari Rupesh Kumar.
Perside Diawaku