Marché central : le calme est revenu

0
36

 

Ce n’était pas l’affluence de grands jours hier mercredi 19 janvier, mais le Grand marché de Kinshasa a fonctionné normalement. Commerces, magasins, écopes et étalages, tous ont de nouveau repris service .Cela après le vent de contestation qui a soufflé mardi sur cette importante place de commerce de la capitale après une décision de revoir à la hausse la taxe de vente par l’Hôtel de Ville la veille. La taxe querellée a augmenté de 300% du montant habituellement payé.

En effet, ce qui est ressenti aujourd’hui comme un profond malaise, n’est en réalité que l’arbre qui cache la forêt pour de commerçants fatigués de toujours payer les différentes taxes imposées sans voir les effets de toutes les taxes dont ils s’acquittent tous les jours en faveur de l’Hôtel de ville de Kinshasa dans leur vie de tous les jours. Pour cause, la crasse gagne un peu plus du terrain au jour le jour et les immondices continuent à polluer l’air ambiant dans une indifférence totale de l’autorité qui perçoit ces taxes. D’ordinaire, les commerçants déboursaient chaque jour 100 francs congolais pour le mètre carré. Mais la taxe était passée sans explication aux prestataires à 300 francs.

Ce qui avait provoqué de vives tensions qui ont heureusement débouché sur une rencontre de clarification entre le gouverneur de la ville et les différents délégués de commerçants. Hier matin, la situation vécue la veille semble redevenue à la normale. Plusieurs vendeuses et vendeurs ont fait savoir au Phare que malgré le peu de fréquentation de clients, ils se sont normalement acquittés de la taxe due, cependant sans payer les nombreuses autres taxes forfaitaires pratiquées tous les jours par les percepteurs. Car pour le prix d’un mètre carré de table, ont-ils ajouté, il faillait également débourser un montant équivalent en hauteur. Ainsi, dans l’attente d’une harmonisation de toutes les taxes, la situation reste incertaine.

 

A.Vungbo

LEAVE A REPLY

*