Manifestations du 31 décembre 2017 : le G7 rejoint les catholiques

0
461

La plate-forme de l’opposition dénommée G7 souscrit intégralement à 1’
appel à manifester du dimanche 31 décembre 2017 lancé par le Comité
Laïc de Coordination, (CLC). Ce regroupement politique appelle le
peuple congolais et ses partisans à participer massivement à ces
marches en vue de réclamer l’application intégrale de l’Accord
politique du 31 décembre 2016. C’est ce qui ressort de la déclaration
de son bureau politique d’hier mardi 26 décembre 2017.  Pour rappel,
les sociétaires du G7 avaient quitté la mouvance présidentielle en
2015 pour intégrer l’opposition congolaise.  Plate-forme de 7 partis
de l’opposition, le G7 est membre du Rassemblent de l’opposition
(Rassop), méga plate-forme de l’opposition congolaise présidée par
Félix Tshisekedi.
DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU G7
Réuni à Kinshasa, le mardi 26 décembre 2017,
A. Convaincu que la tenue des élections libres, transparentes,
inclusives et crédibles dans le respect absolu de la Constitution
constitue la seule solution pacifique et durable à la crise politique
grave dans laquelle le Président Joseph Kabila a délibérément plongé
la République Démocratique du Congo, RDC ;
B. Convaincu, à cet effet, que la mise en œuvre effective, intégrale
et de bonne foi de l‘Accord politique global et inclusif du 31
décembre 2016 demeure l‘unique feuille de route valable ;
C. Considérant les multiples entraves dressées de mauvaise foi par
Monsieur Kabila et ses partisans contre l’Accord susévoqué qu’ils ont
perverti et continuent à vider de toute sa substance en vue d’imposer
au Peuple des élections truquées et non conformes aux normes
démocratiques ;
D. Considérant que le refus du Président Joseph Kabila et de son
gouvernement d’appliquer intégralement et de façon significative les
mesures de décrispation politique convenues dans cet Accord, d’une
part, et la promulgation par lui d’une loi électorale dont les
dispositions énervent les articles 13 et 1 01 de la Constitution,
d’autre part, traduisent sa volonté d’exclure injustement certains
Congolais des prochaines élections;
E. Relevant qu’un an après la signature de l’Accord de la Saint
Sylvestre, ni l’audit ni la redynamisation de la CENI prévus par ses
clauses IV4 et IV5 n’ont été faits pour garantir sa bonne gestion, son
indépendance et son impartialité ;
F. Convaincu que, de ce qui précède, ni la promulgation de la loi
électorale précitée ni la publication par la CENI d’un calendrier
électoral, du reste, non consensuel, truffé de nombreuses contraintes
et en contradiction avec la Constitution ainsi que l’Accord de la
Saint Sylvestre, ne garantissent à elles seules la tenue effective des
élections présidentielle, législatives et provinciales en 2018 ;
I. Souscrit intégralement à 1’ appel citoyen à manifester
pacifiquement le dimanche 31 décembre 2017 lancé par le Comité Laïc de
Coordination, CLC;
II. Demande au Peuple congolais et, plus particulièrement, à tous les
membres des partis du G7 de participer massivement aux marches
pacifiques programmées à cet effet EN VUE DE RECLAMER L’APPLICATION
INTEGRALE ET DE BONNE FOI DE L’ACCORD POLITIQUE GLOBAL ET INCLUSIF DU
31 DECEMBRE 2016 pour la tenue effective des élections libres,
transparentes, inclusives et crédibles au courant de l’année 2018 en
RDC.
III. Invite toutes les confessions religieuses de la RDC à s’impliquer
dans les marches du dimanche 31 décembre 2017 à travers le pays et
dans la mise en œuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre en vue des
élections paisibles, de la consolidation de l‘unité nationale et de la
stabilité de la RDC ;
IV. Réaffirme que la décrispation politique est une des exigences
fondamentales de transparence, d’inclusivité et de crédibilité des
prochaines élections. Elle ne peut être banalisée par des visites
spectaculaires et à des fins médiatiques, rendues aux prisonniers
politiques, aux exilés et autres victimes de la répression aveugle du
pouvoir dictatorial ;
V. Exige une décrispation politique intégrale qui n’est possible que par:
1. Le retour au pays, en homme libre et en toute sécurité, de Moïse
Katumbi Chapwe, victime d’un bannissement arbitraire par le Président
Kabila et son gouvernement ;
2. La libération sans condition et immédiate de tous les prisonniers
politiques et d’opinion dont Jean-Claude MUYAMBO, Huit MULONGO, Eugène
DIOMI NDONGALA, Frank DIONGO et les membres des partis politiques de
l’opposition ainsi que des mouvements citoyens;
3. La fin du dédoublement des partis politiques de l’opposition ;
4. Le libre exercice des activités politiques à travers tout le pays
par les acteurs et les formations politiques ;
5. Le libre accès aux médias publics par tous les courants de pensée
et la réouverture des médias privés arbitrairement fermés par le
gouvernement ;
6. Le rapatriement de la dépouille mortelle du Président Etienne
Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, et l’organisation des
obsèques nationales dignes de son rang et de son combat politique pour
l’instauration de la démocratie et de l’Etat de droit en RDC;
V.I. Soutient que l’application des mesures ci-dessus, du reste,
conformes à l’Accord de la Saint Sylvestre, relève de la
responsabilité du seul gouvernement de Joseph Kabila. Elle ne
nécessite ni négociation ni toute autre forme de discussion ou
contacts préalables avec les victimes.

LE CONGO NOUS APPARTIENT TOUS
DEBOUT CONGOLAIS POUR SAUVER NOTRE AVENIR ET LA REPUBLIQUE!

Kinshasa,
le 26 décembre 2012

Le Présidfent en exercice du G7

Pierre LUMBI OKONGO