Malumalu : l’Udps interpelle l’Eglise catholique

0
33

La colère est à son comble à l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social à la suite de la publication par la CEI de l’abbé Malumalu d’un calendrier électoral alors qu’elle n’a ni le droit, ni la qualité pour le faire.

L’UDPS qui compte en son sein des millions de croyants catholiques, a jugé nécessaire d’interpeller la haute hiérarchie de l’Eglise catholique romaine dont Apollinaire Malumalu est l’un des représentants. « L’UDPS prie ainsi la conférence des évêques catholiques du Congo de rappeler à l’ordre l’abbé Malumalu dont les paroles, faits et gestes ne font que ternir l’image de cette église pourtant très respectée », souligne la déclaration du parti d’Etienne Tshisekedi qui, après avoir dénoncé et condamné fermement l’acte posé par la CEI, souligne trois éléments majeurs à l’intention de l’opinion aussi bien nationale qu’internationale :

1°) Conformément à l’arrêt rendu par la Cour Suprême de Justice, la CEI a été autorisée uniquement à organiser les élections municipales et locales prévues au calendrier 2006 et n’a donc aucune qualité pour se mêler de toutes les questions liées à l’organisation des élections présidentielles et législatives prévues en 2011.

2°) La loi portant création et fonctionnement de la commission électorale nationale indépendante, « CENI », étant promulguée, la CEI de Malumalu gère les affaires courantes et prépare la remise et reprise. Elle devrait cesser de poser des actes rentrant dans les attributions de la CENI et surtout s’abstenir de violer une fois de plus la Constitution et les lois du pays.

3°) Le respect  du calendrier de Malumalu consacrera un vide institutionnel lourd de conséquences au sommet de l’Etat, que le Président de la République soit élu au premier ou au second tour car son mandat prend fin le 06 décembre 2011, date de sa prestation de serment.

De ce qui précède, l’UDPS tire une seule conclusion : la nécessité pour tous de rejeter un calendrier  électoral qui viole l’esprit et la lettre de la loi suprême du pays.

 

LEAVE A REPLY

*