Malumalu hors jeu….la neutralité de la CENI mise en cause 

0
106

malu-malu-chasseEn réponse à la lettre de l’Opposition du 17 avril 2015, le bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) a finalement accepté de recevoir des délégués de cette plateforme politique hier lundi 27 avril à son siège, après le rendez-vous manqué du 24 vendredi avril. A cet effet, une délégation de l’Opposition conduite par son  modérateur, Jean-Lucien Bussa, accompagné de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, José Makila, Jean-Claude Vuemba, Samy Badibanga, Alexis Lenga et Ingele Ifoto, a palabré avec le bureau de la CENI sous la direction de son-vice président et président ad intérim, Mpungwe, assisté du rapporteur Kalamba et d’autres membres du bureau et de la plénière. 

 Dans sa gibecière, l’Opposition a amené un mémorandum qu’il a remis au bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante.

 Pendant les échanges au siège de la CENI, l’Opposition a présenté le résumé de son cahier de charges par la bouche de son modérateur, le président du CEDER, Jean- Lucien Bussa.

On retient de ce mémorandum trois conditions posées par l’Opposition pour prendre part aux élections provinciales, dont l’enrôlement de tous les électeurs âgés de 18 ans et plus. A ce sujet, Jean-Lucien Bussa a fait savoir à ses interlocuteurs que l’Opposition refuse de cautionner le génocide électoral planifié par la CENI, en excluant plus de dix millions des jeunes dont l’âge varie entre 18 et 22 ans et en éludant l’enrôlement de nouveaux majeurs.

En plus de l’enrôlement de nouveaux majeurs, les acteurs de l’Opposition ont insisté sur la nécessité d’un calendrier électoral consensuel, impliquant toutes les parties prenantes au processus électoral, et rappelé au passage sa contre-proposition de calendrier électoral superbement ignorée par le président de la CENI, l’Abbé Apollinaire Malumalu, lors de sa dernière conférence de presse.

            Enfin, l’Opposition a saisi l’opportunité de cet entretien avec les membres du bureau de la CENI pour aborder un sujet ultrasensible, présentement au centre de beaucoup de spéculations, à savoir l’état de santé du président de la CENI, l’abbé Malumalu.

Les opposants n’ont pas usé de la langue de bois pour souligner que l’absence prolongée de l’abbé Malumalu du pays remet en cause  la neutralité de cette institution d’appui à la démocratie.

Jean Lucien Bussa a déclaré que l’intérim prolongée assumée par le vice- président de la CENI, Mpungwe, un membre de la Majorité Présidentielle et haut cadre du PPRD, ne rassure pas l’Opposition quant à l’impartialité de la CENI voulue par la loi portant organisation et fonctionnement de cette institution.

            Conformément à la loi précitée, dans sa composition, la présidence de la CENI qui est assurée par la société civile devrait être un gage de la neutralité formelle.

            Outre ces trois points, d’autres questions qui divisent la CENI et l’Opposition et consignées dans ledit mémorandum se sont invitées au débat. Concernant l’audit du fichier électoral, l’Opposition a exprimé ses vives inquiétudes quant au flou entretenu sur la taille du corps électoral, en dépit de l’arrivée des experts de la Francophonie  pour enquêter sur ce fichier, tel qu’annoncé par le rapporteur de la CENI, Kalamba, le 15 avril 215.

            S’agissant des contraintes financières d’organisation des scrutins, Jean-Lucien Bussa, membre actif de la commission financière de l’Assemblée nationale, a révélé que le gouvernement n’a débloqué jusque-là que 15% des crédits prévus au   budget national.

ERIC WEMBA