Malumalu désavoue Ngoy Mulunda

0
100

malu-malu-chasseS’il y a une institution congolaise où l’insécurité de l’emploi guette à tout moment aussi bien le personnel politique, technique et qu’administratif, c’est sans conteste la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). De 2003 à 2013, comme dans un jeu de ping-pong, l’Abbé Apollinaire Malumalu et le Pasteur Daniel Ngoy Mulunda ont passé leur temps à faire et défaire les mises en place des cadres et agents de leurs cabinets politiques, des services administratifs et techniques.


L’un et l’autre savent trouver des arguments pour justifier des purges suivies d’embauches de nouvelles unités. La dernière en date est signée Apollinaire Malumalu, qui vient de succéder fraîchement au Pasteur Daniel Ngoy Mulunda. On peut lire, dans la mesure annonciatrice du chambardement qu’il s’apprête à opérer, qu’il existerait une « inadéquation entre les dernières nominations et l’Organigramme de la CENI » … ainsi que des « irrégularités liées aux dates des nominations et aux dernières affectations… ».

De tels propos traduisent, de manière sans équivoque, le désaveu de Ngoy Mulunda par son collègue ministre de Dieu, qui l’accuse publiquement de n’avoir pas respecté l’esprit et la lettre des textes dans la mise en place et l’affectation du personnel politique, administratif et technique. Lorsque l’on se rappelle le tollé suscité par la dernière mise en place opérée par le président sortant de la CENI, sur fond de sentimentalisme, de clientélisme, de favoritisme et de règlement des comptes, l’on peut se permettre d’affirmer que Malumalu n’a pas tort de les annuler.

            Malheureusement, ce dernier n’est pas aussi saint qu’il parait car, sous son mandat et avant de rendre le tablier, les mises en place des cadres et agents étaient loin d’obéir aux critères de compétence, d’expérience, d’efficacité, d’expertise, de probité morale, d’équilibre régional, etc. Il avait, lui aussi, péché dans les antivaleurs qu’il reproche aujourd’hui à son prédécesseur. Et, à la CENI, au lieu de privilégier l’excellence et la méritocratie, ce sont plutôt les affinités entre la très haute hiérarchie et le personnel qui président aux décisions liées à l’embauche, aux mises en place, aux affectations, aux promotions, aux suspensions temporaires ou définitives de contrat, etc.

Blanc bonnet… et bonnet blanc

            Au-delà de leurs faiblesses dans les recrutements et les positionnements des cadres et agents de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), l’abbé Apollinaire Malumalu et le Pasteur Daniel Ngoy Mulunda partagent un défaut commun, celui de laisser derrière eux des arriérés colossaux des salaires et primes des membres de leurs cabinets politiques, du personnel administratif et des experts chargés de la conduite des opérations pré-électorales, électorales et post-électorales.

            Les contentieux financiers enregistrés de 2003 à 2013 sont évalués aujourd’hui en centaines de millions de dollars. Chacun d’eux jouissant du privilège de quitter ses fonctions sans avoir été audité, les accusations de mégestion demeurent, jusque-là, sans suite. Tout se passe comme si ceux qui sont appelés à piloter la CENI n’avaient des comptes à rendre à personne. Cette institution d’appui à la démocratie donne ainsi la triste image d’être une boutique familiale ayant pour vocation d’enrichir une caste de privilégiés, et d’affamer la multitude.

                                                                                                                      Kimp

Décision n° 001/CENI/RDC/AP/13 du 20 juillet 2013

abrogeant les décisions en annexe portant Mise en place

générale des cadres et agents administratifs et techniques de la Commission électorale nationale indépendante

L’Assemblée Plénière,

Vu, telle que modifiée à ce jour, la Constitution de la République Démocratique du Congo, spécialement l’article 211 ;

            Vu, telle que modifiée et complétée à ce jour, la loi organique n° 10/13 du 28 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante, spécialement l’article 23 ter, alinéa 1;

            Vu la Résolution de l’Assemblée Nationale n° 004/CAB/P/AN/AM/2013 du 08 juin 2013 portant entérinement de la désignation des Membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante « CENI » ;

            Vu l’Ordonnance n°13/058 du 12 juin 2013 portant investiture des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante ;

Vu le Règlement Intérieur de la Commission Electorale Nationale Indépendante tel que déclaré conforme à la Constitution par l’Arrêt R.CONST.178/TSR du 25 février 2011 de la Cour Suprême de Justice, spécialement l’article 9, 8 point 16 ;

Vu la décision n° 015/CENI/BUR/12 du 22 mai 2012 portant Règlement Administratif et Financier de la Commission Electorale Nationale Indépendante ;

            Vu la décision n° 018/CENI/BUR/12 du 22 mai 2012 portant Organigramme de la Commission Electorale Nationale Indépendante ;

            Considérant la Recommandation de l’Assemblée Nationale enjoignant au Bureau entrant de la Commission Electorale Nationale Indépendante de revoir les dernières décisions de mise en place des cadres et agents des Secrétariats Exécutifs Provinciaux et Antennes de la Commission Electorale Nationale Indépendant ;

Considérant l’inadéquation constatée entre les dernière nominations et l’Organigramme de la Commission Electorale Nationale Indépendante ;

Considérant les irrégularités liées aux dates des nominations et aux dernières affectations ;

Après délibération ;

Décidé :

 

Article 1er :

            Sont abrogées toutes les décisions reprises dans le Tableau en annexe de la présente portant mise en place générale des cadres et agents administratifs et techniques du Secrétariat Exécutif National, des Secrétariats Exécutifs Provinciaux et des Antennes de la Commission Nationale Indépendante.

Article 2 :

Le personnel ayant presté dans les Cabinets des Membres de la Ceni sortante et repris dans les décisions visées à l’article 1er ci-dessus ne fait plus partie de la Commission Electorale nationale Indépendante à dater de la présente.

            Les cadres et agents administratifs concernés par lesdites décisions ne peuvent se prévaloir de leur situation salariale d’avant le mois d’avril 2013.

            Les Secrétaires Exécutifs Provinciaux, Secrétaires Exécutifs Provinciaux adjoints et Chefs d’Antenne nommés par les décisions annexées à la présente restent à leur poste et gèrent les affaires courantes jusqu’à la mise en place qui sera décidée par l’Assemblée Plénière de la Ceni investie le 12 juin 2013 ;

Article 3 :

Le Président, le Questeur et le Secrétaire National sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution de la présente décision qui entre en vigueur à la date de sa signature.

Fait à Kinshasa,

le 20 juillet 2013

 

Pour l’Assemblée Plénière

Abbé Apollinaire MUHOLONGU MALUMALU

Président 

 

LEAVE A REPLY

*