Maker Mwangu : « Une main qui sait dessiner et peindre, est une main qui sait saluer !»

0
58

       Organisé conjointement par le Club Unesco Ecril et le Lycée libanais de Kinshasa, en partenariat avec la revue Afriquespoir, l’Ecole internationale  d’informatique Renzo Veronesi Congo Skill, le concours interscolaire de dessin Francophonie, édition 2011, a livré hier au Complexe scolaire arabe, ses résultats, avec comme clou de la manifestation, la remise des prix aux 20 lauréats. Cette manifestation qui entre dans le cadre des activités culturelles marquant le mois de la Francophonie dans notre pays, a été rehaussée de la présence du ministre de la Culture et des Arts, de l’ambassadeur du Liban en RDC,
du secrétaire de la Communauté libanaise en RDC, Victor Haddad, du délégué général à la Francophonie, du président de la Comico, des représentants de nombreuses écoles de Kinshasa et des communautés religieuses et islamiques.
Prenant la parole à cette occasion, l’ambassadeur du Liban en RDC, Saad Zakhia, a, au nom de tous ses compatriotes, remercié les autorités congolaises pour tout l’appui qu’elles ne cessent d’apporter à la communauté libanaise de la RDC, avant d’inviter tous les agents à collaborer pour célébrer le mois de la Francophonie.

       Dans son message lu par le secrétaire général à l’EPSP, le ministre Maker Mwangu reconnaît que la Francophonie, communauté linguistiquedes peuples qui pratiquent la langue française, réunit les pays de ces peuples en Europe, Afrique et Asie, sans frontières ni barrières entre eux.
       A ses yeux, le thème « paix et amour du prochain » du concours de dessin, traduit le désir de créer un monde de paix et de la recherche de l’autre, à travers les paysages, les symboles, les portraits. Et l’école demeure le lieu propice, le point de départ, la source et la fontaine qui étanche la soif des passionnés de la Francophonie et du dessin, avant d’ajouter qu’une main qui sait dessiner et peindre, est une main qui sait saluer.
       Pour la ministre de la Culture et des Arts, l’utilisation de l’approche culturelle pour permettre aux jeunes de s’exprimer constitue une stratégie éducative efficace pour le développement et la compétence de la créativité, ainsi que pour stimuler le sens d’initiative, source de développement de l’intelligence chez l’apprenant. C’est cette stratégie qu’elle a recommandé au ministère de l’EPSP d’intégrer dans le système éducatif congolais.
       Le délégué général à la Francophonie a souligné le fait que la promotion de la paix, de la démocratie et des droits humains, constituent une des missions essentielles et fondamentales de la Francophonie. Et même le socle de la déclaration de Bamako adoptée en 2.000 par les Etats et gouvernements membres de l’OIF.
       Le président du Club Unesco Ecril a déploré le fait que de nos jours, la majorité des adultes ne servent plus de modèle aux enfants. Ils n’encouragent pas les enfants à parler les langues locales, à lire des journaux, des revues ou des livres autres que les manuels scolaires. Si nous ne faisons pas attention, a-t-il prévenu, nos langues risquent de disparaître un jour. Dieudonné Likambo a terminé par énumérer quelques activités envisagées par son organisation pour ce mois de la Francophonie.
       Signalons que 63 élèves de 34 écoles de la ville de Kinshasa ont pris part à ce concours. 20 lauréats se sont distingués dont voici les trois premiers. 1er : Mukena Kalombo du C.S. Nyota. 2 ème : Zainabou du Complexe scolaire arabe et 3 ème : Moustapha de la même école.
       Halawi Abdel Amir,  directeur du lycée libanais et ses collaborateurs dont Hussein, ont été félicités pour la réussite de cette manifestation.

 J.R.T.

 

 

LEAVE A REPLY

*