Maker Mwangu et Théophile Mbemba passent aux actes

0
54

Après une année passée à préparer des mesures d’application de la Nouvelle Loi-Cadre de notre Enseignement national qui a été promulguée il y a de cela une année, le 11 février 2014 – cela est d’ailleurs exigé comme délai dans cette loi avant son entrée effective en vigueur – les deux ministres en charge de l’Enseignement national en République Démocratique du Congo (RDC) ont fait le point sur la concrétisation des innovations prônées par cette nouvelle loi. Parmi ces innovations, il convient d’épingler la récupération des classes d’enseignement relevant du Ministère de la Santé dans le Système d’Enseignement national ; la prise en compte dans l’Enseignement national des enfants en situation difficile, des personnes vivant avec handicap et des personnes adultes non scolarisées ou analphabètes, etc. Cette rencontre avec la presse a été organisée hier mercredi 11 février 2015 au cabinet du ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) dans la commune de la Gombe par Maker Mwangu Famba de l’Enseignement Primaire, Secondaire et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC) et par le Pr. Théophile Mbemba Fundu di Luyindu, de l’ESU.

Prenant la parole à cette occasion, particulièrement en sa qualité de président de la ‘Commission Education’ du gouvernement, le Ministre de l’EPS/INC  a indiqué qu’au terme de l’article 238 de la présente loi, son application est subordonnée à la prise des actes réglementaires par le Gouvernement de la République. Certains de ces actes, a-t-il constaté, sont déjà pris et d’autres sont en cours d’examen aussi bien au niveau des ministères concernés qu’à celui de la Commission des lois du Gouvernement. L’objectif affiché étant d’apporter des solutions aux nombreux problèmes posés dans l’organisation et le fonctionnement de l’enseignement national sous le régime de l’ancienne Loi-Cadre. Maker Mwangu a cité d’autres innovations apportées par la nouvelle loi dont la réhabilitation du personnel enseignant qui œuvre pour cette mission éducative en améliorant ses conditions de formation et en organisant à son avantage un statut particulier revalorisant la fonction enseignante et assurant des conditions de travail motivant et sécurisant. En outre, le ministre a noté que le concept de l’éducation de base est revalorisé. En conclusion, le ministre a affirmé que la finalité de cette loi consiste à favoriser l’accès à l’éducation scolaire pour tous les enfants, filles et garçons indistinctement ; favoriser formation des élites pour un développement harmonieux et durable et éradiquer l’analphabétisme dans la population.

Des actes concrets au niveau de l’EPS/INC et de l’ESU

A la suite de cette présentation, le Pr Théophile Mbemba – soutenu par son collègue de l’EPS/INC – a présenté plusieurs mesures et actes concrets pour l’application de cette nouvelle loi éducative. Parmi les actes au niveau de l’ESU, figurent les critères de viabilité des établissements de formation universitaire ; un critérium sur les grades académiques, sur l’appellation des diplômes et sur la viabilité des établissements à même d’organiser le 3ème Cycle. De son côté, Maker Mwangu a invité tous les partenaires éducatifs et l’opinion publique à s’approprier cette nouvelle loi pour sa meilleure application au profit des enfants congolais.
SAKA