Majorité présidentielle : la COPEP se dote d’un règlement intérieur

0
62

Après trois ans de léthargie due à la mauvaise conduite des affaires par le comité sortant, la COPEP (Coordination des partis politiques extra-parlementaires) affiche sa détermination à relancer ses activités en vue de mieux affronter les prochaines échéances.

C’est dans ce cadre qu’il faut situer sa réunion de dimanche 6 avril dernier dans la salle Marie-Ange Lukiana du ministère du Genre, au cours de laquelle le règlement intérieur a été adopté.

Les membres présents ont laissé entendre que maintenant le mouvement peut bien redémarrer de plus bel, après trois ans de « temps mort » lui imposé par le comité Henri Mpetshi. Un comité provisoire a été mis en place en vue de préparer des élections selon le calendrier qui sera établi.

 Faisant la restitution à l’issue de la réunion, le rapporteur du comité provisoire a informé que les membres de la COPEP s’étaient résolus de déchoir leur comité en date du 27 mars 2014 en raison d’ingérence, incompétence, immobilisme… du comité sortant. C’est ainsi qu’un comité provisoire a été mis en place pour organiser des élections dans un bref délai.

            Il a indiqué que, une fois mis en place, le comité provisoire n’a pas pris de temps pour se mettre au travail. La preuve est là, c’est le texte du règlement intérieur qui vient d’être adopté par l’assemblée.

Dans sa méthodologie de travail, le comité s’était éclaté en trois commissions.

– La commission juridique chargée d’élaborer le règlement intérieur, et proposer la nomenclature de la structure ;

–           La commission financière chargée d’élaborer le budget du travail, ou mieux les dépenses globales effectuées durant les dix jours de travail ;

– La commission politico-administrative chargée d’élaborer les stratégies, et d’entrer en contact avec les partenaires.

            Concernant les préparatifs des élections, il a renseigné que le comité avait saisi le 28 mars 2014 la hiérarchie de la majorité présidentielle en sollicitant l’entente avec le comité déchu pour organiser des élections.

            A l’occasion, le comité a éclairé la lanterne et a obtenu la permission de la hiérarchie de la mouvance présidentielle pour la tenue desdites élections. De leur part, les dirigeants de la MP (Majorité présidentielle) ont promis d’être présente lors des élections.

            Il faut signaler que les membres du comité sortant n’ont pas assisté à cette réunion, malgré l’invitation leur adressée, a fait savoir le rapporteur.

            Par ailleurs, a-t-on appris dans les couloirs, il est reproché au comité sortant entre autres griefs la chasse effrénée des postes ministériels et ceux d’administrateurs délégués ou directeurs généraux dans les entreprises et services publics, la non tenue des réunions durant trois années, etc.

            Les plus critiques font savoir que le comité Henri Mpetshi n’existait qu’à Kingakati lors des réunions de la grande famille présidentielle, mais jamais sur le terrain.

            La Coordination des Partis Politiques Extra-parlementaires compte, à ce jour, 150 partis politiques membres.

Perside Diawaku & Dom

LEAVE A REPLY

*