La Majorité Extraparlementaire exige d’être consultée par S. BADIBANGA : le droit de réponse du Mouvement du 17 mai

0
143

Kinshasa, le 30 Novembre 2016

N/Réf. : 0470/M17/SG/AKB/2016

A Monsieur le Directeur Général du Quotidien

« Le Phare » 2ème Niveaun Building du 29 Juin, Avenue Lukusa n°3392 à
Kinshasa/Gombe

Objet: Mise au point

Monsieur le Directeur Général,

Nous venons de lire votre parution de ce Mercredi, 30 Novembre 2016,
édition n05462, page 3, titre: «La Majorité Extraparlementaire exige
d’être consultée par S. BADIBANGA»; dans laquelle vous citez le « M17»
comme étant membre dudit Regroupement Politique.

Le « M17» n’a jamais signé la charte de la Majorité Présidentielle,
et a toujours été victime de fraude électorale (en 2006 et en 2011).

Comme vous allez le constater sur les documents joints à la présente,
notamment:
– Jugement du Tribunal de Paix/Gombe RP17333NI du 07 Février 2003 ;
– Arrêt de la Cour Suprême de Justice RP 2683 du 22 Mars 2006 ;
– Lettre du Premier Président de la Cour Suprême de Justice
n°211/D9/TSH/MB/06 du 06 Avril 2006 ;
– Lettre du Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité
n025/CABNPM/MINTERSEC/999/2011 du 21 Juin 2011 ;
–  La Décision de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des
peuples de l’Union Africaine du mois d’Août 2015 ;
– Dernière correspondance de la Commission Africaine des Droits de
l’Homme et des peuples de l’Union Africaine du 24 Novembre 2016 ;
– Lettre de Madame la Procureur Générale, n°2395/RMP7180/PG/NEU2015 du
21 Avril 2015 au Secrétaire Général du «M17» et la requête aux fins de
fixation d’audience n°6387/RMPn180/PG/NEU2015 du 21 Avril 2015;
poursuivant  Madame MPAKA et Monsieur OKENDE (Secrétaire Général au
Ministère de l’Intérieur Chargé des Relations avec les Parties
Politiques).

Monsieur le Directeur Général,

Au regard des éléments ci-haut énumérés, vous comprendrez aisément
que nous ne pouvons pas appartenir à la Majorité Présidentielle.
Par ailleurs, nous n’avons jamais participé au Dialogue de la Cité de
l’UA, ni agréé l’accord issu dudit Dialogue. Comment pouvons-nous
alors réclamer d’être consulté par un Premier Ministre dont nous
contestons la légitimité?
Considérant le professionnalisme de votre journal, nous osons croire
que notre droit de réponse sera publié et vous lui réserverez le même
traitement.
Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de notre
considération.

Pour le Mouvement du 17 Mai

Augustin KIKUKAMA BINDAMBA
Secrétaire Général et Chef du Parti