La Majorité accuse la Cenco de collusion avec le Rassemblement

0
137

Après trois jours de réflexion, la Majorité présidentielle a enfin rendu publique sa déclaration politique en rapport avec la situation de l’heure.

Trois points ont été traités au cours de cette longue réunion présidée par le Secrétaire général Aubin Minaku, à savoir : la formation du gouvernement, la dernière déclaration de la Cenco, et la situation sécuritaire au Kasaï.

Il était, en effet, question pour les sociétaires de la Majorité présidentielle de réagir à la déclaration des Evêques membres de la Conférence épiscopale  nationale du Congo (Cenco), faite le vendredi 21 avril 2017 dans laquelle les princes de l’Eglise catholique ont dénoncé la violation de l’Accord de la Saint Sylvestre. Notamment en ce qui concerne la nomination du Premier ministre Bruno Tshibala, ainsi que la confusion qu’on entretiendrait autour de la désignation du président du Conseil national de suivi de l’Accord du 31 décembre
2016, tout comme la scission  du Rassemblement  des forces politiques et sociales acquises au changement.
Tous les « lieutenants » de la famille politique de Joseph Kabila ont
pris part à cette méga réunion qualifiée de stratégique, y compris le
directeur de cabinet du chef de l’Etat Néhémie Mwilanya et son adjoint
Jean Pierre Kambila, des personnalités qui n’ont pas l’habitude
d’assister à de telles rencontres.
Parmi les têtes d’affiche de la MP, on peut citer entre autres Edouard
Mokolo wa Pombo, Me Nkulu Kilombo, Evariste Boshab, Jean Claude
Masangu, Adolphe Lumanu Nsefu, Athanase Matenda Kiyelu, Alexis
Thambwe, Modeste Bahati, André Kimbuta, etc.
DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE LA MAJORITE PRESIDENTIELLE
Sous la conduite de son Secrétaire Général, l’Honorable Aubin MINAKU,
le Bureau Politique de la Majorité Présidentielle a tenu une séance
stratégique étalée sur quelques jours soit du 21 au 24 avril 2017.
Les sujets abordés concernaient la formation du Gouvernement, la
dernière déclaration de la CENCO et la situation sécuritaire au Kasaï.
Concernant la formation du Gouvernement, le Bureau Politique a noté
que les échanges avec les différentes parties prenantes tendent à la
constitution et donc à la publication imminente du Gouvernement dirigé
par un Premier Ministre présenté par le Rassemblement.
Le Bureau Politique souhaite que ces tractations aboutissent dans les
meilleurs délais pour permettre au nouveau Premier Ministre de se
mettre immédiatement à l’oeuvre pour mener, à bonne fin et dans le
délai, le processus électoral et pour améliorer les conditions
sécuritaires et sociales des Populations Congolaises.
Entre-temps, la CENCO, par la voix de son Secrétaire Général, a
déclaré ce 21 avril 2017 que la nomination du Premier Ministre Bruno
TSHIBALA n’était pas conforme à l’Accord du 31 Décembre 2016.
Force est de constater que cette déclaration de la CENCO procède de
la logique de ses déclarations antérieures concernant la situation
politique en République Démocratique du Congo en général et les
efforts entrepris par le Président Joseph KABlLA KABANGE dans sa quête
inlassable pour une solution appropriée et durable d’autre part.
La Majorité Présidentielle souhaite donc que la CENCO respecte
l’obligation de réserve qui incombe aux confessions religieuses sur
les questions d’ordre politique, contrairement à ses propos tels que
rendus par son Secrétaire Général et qui trahissent le caractère
manifestement partisan de la démarche de la CENCO. Qu’aucun grief ne
soit retenu à charge du Rassemblement, regroupement politique
notoirement connu comme étant à la base de l’échec de sa mission de
bons offices, ceci explique cela.
D’une façon générale, le Bureau Politique déplore le silence de la
CENCO sur la détermination du Président Joseph KABILA KABANGE à mettre
en oeuvre l’Accord du 31 décembre 2016 dans son intégralité.
Dans cet ordre d’idées, le Bureau Politique regrette la
méconnaissance intentionnelle par la CENCO des dissensions réelles
apparues au sein du Rassemblement et qui constituent la véritable
pierre de blocage du processus du dialogue à l’étape actuelle.
Le Bureau Politique note à regret que la déclaration de la CENCO
reprenne textuellement une interprétation erronée développée par une
partie aux négociations lors des échanges directs du Centre
Interdiocésain en l’occurrence, le Rassemblement aile/Limete. De ce
fait, la CENCO s’est elle-même disqualifiée pour prétendre incarner
encore la confiance indispensable de toutes les parties prenantes à
son égard.
Au sujet de la situation sécuritaire au Kasaï, le Bureau Politique
note avec satisfaction la fin du conflit de succession coutumière au
sein de la famille KAMUINA NSAPU au grand soulagement de toute la
contrée grâce à l’implication du Gouvernement Central à travers le
Vice-Premier Ministre chargé de l’Intérieur et le Ministre des
Affaires Coutumières, qui n’ont pas ménagé leur peine pour aboutir à
ce résultat apprécié.
Malheureusement, le règlement du conflit de succession ne signifie
pas pour autant la fin de l’insécurité: afin d’éviter le phénomène de
contagion, les forces de la police et de l’armée continuent à ratisser
la région à la poursuite de bandes de criminels qui se font passer
pour des milices de KAMUINA NSAPU.
Le Bureau Politique saisit cette opportunité pour rendre hommage aux
forces de la police, de l’armée et des services de renseignement qui
ont payé un lourd tribut pour ramener la paix et rétablir l’autorité
de l’Etat.
Le Bureau Politique appuie sans réserve les autorités compétentes
dans leur quête pour connaître la ‘vérité sur les assassinats atroces
des éléments des forces de l’ordre et de la défense, de la femme de
l’Administrateur du Territoire et de deux Experts de l’ONU.
Le Bureau Politique tient à rendre un hommage particulier au
Président Joseph KABILA pour la campagne diplomatique de
clarification, menée de façon remarquable par le Vice-Premier
Ministre, Ministre des Affaires Etrangères auprès des Présidents
SASSOU NGUESSO, ALPHA CONDE, ALI BQNGO, OBIANG,NGUEMA, IDRISS DEBI
sans oublier Monsieur MOUSSA FAKIR, Président de la Commission de
l’Union Africaine.
Dans cet ordre d’idées, le Bureau Politique salue également
l’opportune communication faite par une délégation gouvernementale
présidée par le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires
Etrangères assisté du Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur,
du Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des sceaux et du
Ministre des Droits Humains concernant les assassinats des Policiers,
des militaires, des agents de Renseignement et de deux experts de
l’ONU et qui a établi de façon certaine le caractère intentionnel des
accusations calomnieuses portées contre l’armée sur la responsabilité
de ces crimes.
Le Bureau Politique de la Majorité Présidentielle saisit cette
occasion pour renouveler à l’Autorité Morale sa détermination
inébranlable et son engagement sans faille de L’accompagner dans sa
noble et exaltante lutte pour une démocratie de la vérité et de la
réalité en lieu et place d’une démocratie des idées reçues et des
préjugés.

Fait à Kinshasa, le 24 avril 2017
Pour le Bureau Politique de la Majorité
Présidentielle
Ambassadeur André-Alain ATUNDU LIONGO