Magistrature : les fictifs refont surface

0
86

La noble initiative du Chef de l’Etat de rénover la magistrature congolaise à travers le recrutement de jeunes et nouveaux magistrats, lancée il y a une année à travers un concours de recrutement touchant des candidats de toutes les provinces de la République, risque de ne pas produire les résultats escomptés. Après le cafouillage enregistré dans l’organisation dudit concours, une nouvelle page de contestation s’est ouverte.

En effet, Le Phare vient de tomber sur une lettre de protestation émanant de jeunes compatriotes ayant satisfait à tous les tests et dont les noms sont absents de la liste de nouveaux magistrats admis à la seconde session de formation préparatoire à leur entrée effective dans le corps des magistrats. Dans cette correspondance adressée au Président du Syndicat National des Magistrats (Synamag), avec ampliation au Président de la République, au Premier ministre, au ministre de la Justice, au Premier Président de la Cour Suprême de Justice, au Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, au Procureur Général de la République, au Président de la Commission de Réforme du Droit Congolais, au Directeur du Programme du PNUD, les auteurs se plaignent d’avoir été élagués au profit de plus d’une soixantaine d’éléments fictifs. Ils accusent ces fantômes de n’avoir participé ni aux épreuves écrites, ni orales, organisées l’année dernière par le Conseil Supérieur de la Magistrature.
A les en croire, la liste affichée au Palais de Justice depuis la semaine dernière et sur laquelle sont repris les ayant-droits à la session de formation pose problème, en ce sens qu’elle reprend, comme dit plus haut, un important contingent des fictifs. Soucieux de voir la RDC fonctionner réellement comme un Etat de droit, ils en appellent au bon sens et au respect de la liste publiée en son temps par le Conseil Supérieur de la Magistrature, en date du 23 mars 2010, à l’intention du second groupe des 1.000 nouveaux magistrats reçus au concours de recrutement des magistrats. Nous proposons à nos lecteurs, ci-dessous, la lettre des « plaignants ».                                                                                                                                                                                                             

Lettre au président du Synamag
A Monsieur le Président du Syndicat des Magistrats du Congo
A Kinshasa/Gombe
 
Concerne : Magouille dans le recrutement de candidats magistrats retenus pour la session de formation 2011
 
Monsieur le Président,
 
Nous avons l’honneur de saisir votre syndicat de l’objet repris en apostille.
En effet, par la décision n°002/CSM/SPCSM/D/J/2010 du 23 mars 2010 portant publication des résultats du concours de recrutement des magistrats, le conseil supérieur de la magistrature avait retenu un deuxième lot de 1.000 magistrats pour la session de formation de l’année 2011.
            Une  liste non numérotée et signée conjointement par le premier président de la Cour Suprême de Justice, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature ainsi que le Secrétaire Permanent du Conseil Supérieur de la Magistrature, publiée sur le site du Ministère de la Justice et affichée également aux sièges de toutes les Cours d’Appel.
            Curieusement et contre toute attente, une nouvelle liste numérotée et signée par le seul secrétaire permanent du Conseil Supérieur de la Magistrature comprenant  1.000 candidats magistrats (nom) était affiché depuis ce lundi 31/01/2011 à la CSJ où sont élagués certains noms des candidats magistrats qui avaient effectivement réussi et remplacés par ceux qui n’avaient pas pris part au concours de recrutement. Sur ce, vous trouverez à titre illustratif un échantillon de ces magistrats fictifs.
            Convaincu que la justice constitue l’épine dorsale du développement de notre pays et doit être un conglomérat d’élite par excellence, pareille chose ne fait que saper les efforts du  gouvernement dans la lutte contre l’impunité, surtout le mot d’ordre du chef de l’Etat quant à l’opération de la tolérance zéro prônée par ce dernier.
            Vous remerciant de la bienveillante attention que vous accorderez à la présente, veuillez agréer, Monsieur le Président du Syndicat des Magistrats, l’expression de nos sentiments distingués.
Les Candidats
Magistrats
 
 

LEAVE A REPLY

*