Maffia à l’EPSP !

0
34

 L’axe du mal a décidément la peau dure dans le secteur éducationnel en République Démocratique du Congo. On peut se permettre cette conclusion au regard de la situation insoutenable que l’on constate à travers tous les marchés de la capitale où sont vendus ouvertement des manuels scolaires, destinés à être distribués gratuitement aux élèves des 3ème et 4ème années primaires de toutes les écoles, publiques ou privées agréées par le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel(EPSP). 

            En effet, faisant fi de la mention « DON DE LA BELGIQUE. NE PEUT ETRE VENDU », les bouquinistes et autres libraires ambulants écoulent en toute tranquillité ces ouvrages au prix allant de 2000 à 5000 FC. Il s’agit, pour le cours de français, des livres tels que « Les Champions en français 3ème et 4ème primaires », et pour les mathématiques « Jénovic, Muntu et les maths 3ème et 4ème primaires ».

 Et c’est sans difficulté d’ailleurs qu’on les retrouve dans de nombreuses places telles que le Grand marché de Kinshasa (Zando ya monene), la Route des Poids-lourds à Kingabwa(Limete), les marchés de Selembao, « Kapela »(Kalamu), Lumumba(Bandal), Gambela (Kasa-Vubu), la Place « Carrefour des Jeunes » et le Pont Cabu (Kasa-Vubu), à la Cité Pumbu, à Matadi Mayo, U.P.N etc.

D’après l’un des vendeurs interrogé au niveau du Pont Cabu à Kasa-Vubu, il y a même possibilité d’en trouver en grande quantité si l’argent est là. « Nos fournisseurs ne sont autres que les Sous-Proved, les Inspecteurs principaux provinciaux(IPP) et les Chefs d’établissements. Car pour que les Chefs d’établissement retirent ces manuels à la Sous-division, ils versent un montant. C’est ce qui nous donne l’occasion de les acheter… » a avoué le bouquiniste, tout en soulignant détenir une importante quantité pouvant couvrir n’importe quelle demande. 

Maker Mwangu interpellé  

            Au moment où l’opinion déplore la baisse du rendement dans le chef de nos écoliers, il est du devoir de l’autorité de tutelle de renforcer la vigilance afin de limiter les dommages que va causer ce genre de pratique. D’abord, auprès des gagnes-petits n’ayant pas suffisamment des moyens pour s’acheter ce genre des manuels, ensuite auprès des partenaires étrangers de la RDC qui risquent de traduire cela comme une faiblesse de l’autorité consciente de veiller aux biens communautaires. Ainsi donc, il est opportun pour l’autorité de tutelle, le ministère de l’EPSP, d’entreprendre des actions afin de démasquer et surtout décourager les fournisseurs des livres offerts aux écoles et interdits de vente. Entre autres suggestions, il faut diligenter à l’endroit des Proved, Sous-Proved et Chefs d’établissements scolaires, un inventaire des manuels disponibles par rapport à ceux reçus. Penser à sanctionner toute autorité ou toute autre personne qui accuserait un déficit par rapport au stock reçu. Afin de démoraliser tout esprit de vol de manuels, l’autorité devrait mettre en place un mécanisme de contrôle quasi permanent assorti des sanctions.

            Nonobstant ces actions, il faut d’ores et déjà lancer des enquêtes afin de sanctionner les inciviques responsables de ces actes et envisager le rachat des livres trouvés chez les vendeurs et bouquinistes. Enfin, que le ministère de l’EPSP entame une campagne médiatique pour sensibiliser les bénéficiaires (enseignants, parents et élèves)  des différents dons sur l’importance de ceux-ci et leur gestion afin de les épargner de toute spoliation.

 

 

LEAVE A REPLY

*