Luzolo Bambi choqué par les détournements impunis

0
35

La Journée internationale de lutte contre la corruption’ qui tombe chaque année le 09 décembre, a été marquée  jeudi 09 décembre 2010, par un point de presse organisé conjointement par les ministères de la Justice et Droits Humains et Fonction publique. Cette rencontre a eu pour cadre la salle de réunions du cabinet du ministère de la Justice et Droits Humains. A cette occasion, Luzolo Bambi Lessa qui accueillait son collègue de la Fonction publique, Dieudonné Upira Sunguma, a déclaré souhaité voir un jour le Parlement voter une loi qui érige tout acte de corruption en crime imprescriptible comme les sont les crimes contre l’humanité, tel que le génocide, les crimes de guerres, les viols, etc. Actuellement, a-t-il précisé, l’infraction de corruption est prescriptible après dix ans. 

          En outre, il s’est dit choqué de constater que dans notre pays, tous les détourneurs des deniers publics, les corrupteurs et autres jouissent paisiblement des biens et produits issus de la corruption ; et ceux qui ont pillé, volé, corrompu hier lorsqu’ils étaient aux affaires reviennent aujourd’hui avec arrogance donner des leçons de bonne gouvernance à leurs successeurs. Cela, conclut-il, n’est pas juste et il pense que l’imprescriptibilité des actes de corruption permettra de poursuivre même ceux qui ont géré il y a de cela quarante ou cinquante ans. 

A cet effet, il a dit avoir déjà lancé 120 injonctions aux magistrats pour poursuivre des responsables soupçonnés de mauvaise gestion. Jusqu’à ce jour, il attend la suite que les magistrats ont donnée à ces dossiers. Il reconnaît son impuissance légale qui lui interdit de bousculer ces magistrats à cause de l’indépendance de la magistrature. 

La corruption a gangréné tous les secteurs de la vie nationale 

          Concernant l’état de lieux de la corruption en RD Congo, il a dit que tous les secteurs de la vie nationales, à tous les niveaux, sont affectés par la corruption et que les personnes responsables des actes de corruption quand bien même identifiées, demeurent pour la plupart impunies au grand mépris des lois et règlements existants.

          Mais auparavant, Dieudonné Upira a rappelé que notre pays a adhéré à plusieurs accords internationaux contre la corruption et qu’il était donc normal de commémorer cette journée. Il a précisé qu’elle a été célébrée pour la première fois dans le monde, en 2004, en souvenir de la signature, le 09 décembre 2003, de la Convention de l’Onu contre la corruption ; mais dans notre pays, la première inauguration date de 2006. Enfin, dans la lutte contre la corruption, le ministère de la Fonction publique est chargé de la prévention et de la sensibilisation, tandis que celui de la Justice a pour mission de sévir. 

SAKAZ

 

 

LEAVE A REPLY

*