L’UR soutien Mary Robinson et Martin Klober

0
38

Le rôle de médiateur pendant le Dialogue national qui pointe à l’horizon entre les Forces vives de la Rd Congo, revient de droit aux envoyés des Nations Unies dans notre pays, en l’occurrence à Mme Mary Robinson et à M. Martin Klober, respectivement envoyée spéciale et représentant du Secrétaire général des Nations Unies. Cette analyse est celle faite par l’Union des Républicains (U.R.), un parti politique de l’opposition qui – dans sa déclaration signée le samedi 27 juillet 2013 par son président national Norbert Luyeye et rendu publique et remise à notre rédaction le lundi 29 juillet 2013 – s’appuie sur deux documents mis par le Conseil de sécurité de Nations Unies à la disposition de la Rd Congo et de la Région pour résoudre les conflits récurrents qui minent l’Est de notre pays. Il s’agit de « l’Accord-Cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la Rd Congo et la Région » et de la « Résolution 2098 ».

Les deux personnalités envoyées par les Nations Unies dans notre pays ont été désignées, selon l’U.R., pour accompagner notre pays en qualité de médiateurs. Cette déclaration signale le point 4 de la Résolution 2098 qui stipule : « l’Envoyée spéciale pour la Région des Grands Lacs nouvellement nommée, en coordination avec le Représentant spécial pour le RDC et avec le concours voulu de celui-ci, dirige, coordonne et évalue l’application des engagements nationaux et régionaux pris dans l’Accord-cadre,… y compris l’établissement dans les meilleurs délais des critères et des mesures de suivi appropriés et se fondant sur l’Accord-cadre ». En, outre, en ce qui concerne le rôle de l’envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Uni, l’U.R. signale que la Résolution 2098 l’invite à conduire un processus politique global ouvert à toutes les parties prenantes en vue de remédier aux causes profondes du conflit.

Objectif de deux documents : la sécurité dans la Région

Par ailleurs, la même Résolution précise le rôle du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en ces termes : encourager les autorités nationales de la RDC à s’approprier davantage et avec diligence la réforme du secteur de la sécurité ; promouvoir un dialogue politique transparent et sans exclusive entre toutes les parties prenantes congolaises en vue de favoriser la réconciliation et la démocratisation et, enfin, encourager la mise en place rapide et la consolidation d’une structure civile nationale efficace pour contrôler principales activités minières et pour gérer équitablement l’extraction et le commerce ressources naturelles dans l’Est de la RDC. Le rôle de ces deux personnalités étant clairement défini par l’Onu, l’U.R ne comprend pas qu’il y ait encore des débats même parmi les « opposants réunis à Limeté dans un conclave financé par le Pouvoir en place » pour brouiller les cartes du Dialogue national, en s’infiltrant dans les rangs de la véritable opposition. L’U.R. s’est rappelée que c’est-là le jeu du pouvoir qui a été aussi joué à Sun City et après ces « opposants » avait regagné les rangs du pouvoir mobutiste. Cela a pour conséquence la contradiction dans l’attitude de ces « opposants » qui d’un côté contestent le Pouvoir de Kabila à qui, d’un autre côté, ils reconnaissent la légitimité en lui demandant de revoir son ordonnance créant les concertations nationales.

SAKAZ

-0-

LEAVE A REPLY

*