L’Union européenne soutient la formation des jeunes à la culture électorale

0
51

Trois provinces, à savoir le Kasaï oriental, le Kasaï occidental  et le Katanga, ont été choisies par le Centre d’études et de formation populaires pour les droits de l’homme, CEFOP/DH, le Collectif des organisations des jeunes solidaires du Congo-Kinshasa, COJESKI, et le Programme d’appui aux femmes seules et filles-mères en situation difficile, PAFSID, pour former les jeunes à la culture électorale, surtout en cette période où toutes les formations politiques  courtisent actuellement la jeunesse, toutes tendances confondues, pour constituer le socle principal de leur base électorale.

Ce projet dénommé «  Education à la domestication de la culture électorale et à la citoyenneté responsable » a été mis en œuvre, comme il faudrait le signaler, avec l’appui de la Délégation de l’Union européenne en RDC dans le cadre de l’Instrument européen pour la démocratie et les Droits de l’Homme ( IEDD). Lancé depuis le 1er avril 2015, ce programme de formation va s’étaler sur une durée de 36 mois. A en croire les organisateurs dudit projet, les formations seront dispensées aux jeunes dans deux villes et dix territoires du Kasaï oriental, une ville et trois territoires pour le Kasaï occidental et enfin, une ville et deux territoires au Katanga.
Pour le coordonnateur national du Centre d’études et de formation populaires pour les Droits de l’Homme, Emmanuel Kabengele, joint hier mercredi 1 er avril 2015, au téléphone, le projet vise contribuer au renforcement de la culture citoyenne et électorale responsables. Car, aujourd’hui, on ne cesse de déplorer dans notre pays, le déficit de culture électorale. Cela se constate particulièrement chez les jeunes qui ne sont pas assez politiquement matures, et qui sont indécis quand il s’agit de faire des choix sur des projets de société des partis politiques ou sur de futurs dirigeants. Et pour qu’ils appréhendent les enjeux électoraux de l’heure, afin de réaliser des choix responsables, le CEFOP/DH, le COJESKI et le PASFID mettent un accent particulier sur l’ancrage de cette culture au sein des communautés locales dans les villes et les territoires de trois provinces du Kasaï oriental, Kasaï occidental et Katanga.
Au lancement de cet important projet, les trois ONG se sont lancé un défi majeur, celui de rendre plus critique, la conscience des populations des villes et territoires ciblés dans le programme, dans la perspective de l’organisation des prochains cycles électoraux.
Cette campagne de proximité tant souhaitée par les observateurs de la scène politique congolaise, va certainement permettre une participation responsable et élevée des citoyens aux échéances électorales futures.
Au lancement des travaux de ce programme, Emmanuel Kabengele du CEFOP/DH, Trudon Ntumba du COJESKI et Jean-Jacques Mbuya Kalala de PADSFID ont souligné tour à tour, l’importance de cette campagne concoctée par les organisations de la société civile, dans leur objectif de voir le souverain primaire prendre conscience de ses responsabilités pour opérer des changements notables dans son pays, à travers des choix judicieux des dirigeants à élire , non pour leur appartenance ethnique, ni par leur générosité ponctuelle, mais pour leurs projets de société.
Des échos qui nous parviennent déjà, les jeunes ont apprécié ce programme qui va les aider à asseoir leur culture électorale, surtout qu’en cette période, les partis politiques semblent préoccupés par des querelles politiciennes.
J.R.T.