L’UIP proteste contre l’invalidation de Diomi Ndongola

0
40

Diomi Ndongala 1La décision de l’Assemblée nationale relative à l’invalidation de quelques députés pour absentéisme, prise au cours de sa plénière du samedi 15 juin, ne cesse de susciter des réactions tant au niveau national qu’international.

La dernière en date est celle de l’Union Interparlementaire (UIP). Celle-ci, par la bouche du président du comité des droits de l’homme des parlementaires de l’organisation, Kassoum Tapo, se dit alarmée et ébranlée par la décision des autorités politiques de la République Démocratique du Congo d’invalider le mandat du député de l’opposition Diomi Ndongala. Ce en compagnie d’autres députés de la même famille politique.

Pour cela, l’Union Interparlementaire craint que cette décision mette en danger la vie d’Eugène Diomi Ndongala. L’invalidation du mandat parlementaire du concerné risque de favoriser de nouvelles accusations à l’instar de celle de rébellion susceptible de l’exposer à la peine de mort s’il est reconnu coupable.

Par ailleurs, l’UIP exprime sa grande surprise face à cette décision qui est tombée juste au lendemain de la clôture de sa mission (le 14 juin 2013) de cinq jours en Rdc, sous la conduite du comité Kassoum Tapo. Lors de l’entretien avec le président de l’Assemblée nationale, indique Kassoum Tapo, cette question a été soulevée. Et à propos, l’UIP avait exhorté son interlocuteur à exclure Diomi Ndongala du champ de cette décision. Le président de la chambre basse avait entendre à l’endroit de ses visiteurs que leur demande allait être suivie d’effets.

«Nous sommes profondément préoccupés par tournure que prennent les choses étant donné ce qu’a déjà subi Diomi Ndongala», a déclaré M. Kassoum. Avant d’enchaîner : «Lors d’un entretien avec le président de l’Assemblée nationale durant le dernier jour de notre mission, la question de l’invalidation des députés a été soulevée. Nous avons exhorté les autorités à exclure Ndongala du champ de cette décision et on nous a laissé entendre que cette demande serait suivie d’effets.

Nous sommes donc très déçus de ce qui s’est passé. L’UIP n’a pas l’intention de se dessaisir de ce dossier. Notre comité va continuer à se mobiliser pour que les droits de Ndongala soient protégés et respectés», promet-il. En outre, l’UIP indique que sa mission en Rdc visait également à résoudre le cas de 33 députés parmi lesquels figurent des anciens parlementaires.

« Dans un cas portant sur l’invalidation du mandat de 29 députés, les autorités recherchent désormais un arrangement financier en vue d’indemniser les intéressés », renseigne l’Union interparlementaire en promettant qu’un compte rendu détaillé des constatations de la mission sur tous ces cas sera présenté aux autorités et au comité de l’UIP.

Dom

LEAVE A REPLY

*