L’UDPS n’est pas à vendre 

0
127

Le décès du Président Tshisekedi ne laisse pas une propriété à vendre, mais bien un parti  fort et structuré.  C’est cette structure, soutenue par  une base impressionnante de militants à l’intérieur et à l’extérieur du pays. ,  qui fait de l’UDPS, une machine forte et indestructible. A moins qu’un congrès du parti convoqué en bonne et due forme en décide autrement, les statuts actuels servent de protection à la structure du parti. Loin d’être une proie pour divers rapaces, l’UDPS, grâce à sa base et à ses statuts, est un parti jalousement protégé. Il ne suffit pas d’un tour magique pour s’en approprier, comme  Tshibala tente de le faire en organisant un congrès UDPS-Tshibala.

            On n’a rien pour rien. Tshibala  s’est fait propulser Premier ministre par des arrangements particuliers avec le camp de Joseph Kabila. Ce faisant, il a trahi ses alliances aussi bien avec l’UDPS qu’avec le Rassemblement des forces du changement.  En obtenant le prestige, l’honneur et les avantages du poste de Premier ministre de Kabila, il a renoncé à la lutte exigeante pour une transition démocratique. De ce fait, il a quitté le cadre de cette lutte, soit  l’UDPS et le Rassemblement. Il n’y a rien de plus étrange que d’entendre parler d’un congrès de l’UDPS-Tshibala et de l’élection de celui-ci comme président de son parti.  Depuis quand le parti UDPS-Tshibala existe-t-il? A-t-il une existence légale en RDC ?  Admettant son existence, Tshibala, Premier ministre du régime néo patrimonial de Kabila, serait-il aussi chef de parti d’opposition contre celui-ci ?  En acceptant des propositions du pouvoir en dehors du cadre légitime de la lutte collective, Tshibala a posé un acte politique qui sape sa légitimité et son pouvoir de mobilisation politique. Les cadres de l’UDPS ne doivent pas le suivre.

            En effet, rien n’a changé et rien ne changera du fait de Tshibala; l’état néopatrimonial demeure et  donc la lutte pour l’alternance doit persister. L’UDPS  dont la lutte est axée sur la démocratie et le progrès social  est la voie indiquée pour le changement  auquel  notre nation aspire.   Etienne Tshisekedi demeure l’icône de cette lutte du changement. Ses compagnons et ses disciples en sont des symboles. Ils sont repérables aussi bien dans la structure laissée par le défunt président que par la lutte héroïque qu’ils continuent à mener contre vents et marées pour le triomphe des objectifs ultimes de l’UDPS, la démocratie et le développement.  Jean Marc Kabund, le Secrétaire Général, entouré des secrétaires généraux- adjoints, a vu sa responsabilité s’alourdir en assumant l’intérim de la présidence du parti. A ce titre, il est la personne habilitée à convoquer le congrès du parti. D’ailleurs, il est présentement  préoccupé par le processus de la convocation du congrès extraordinaire en vue de remplir la vacance à la présidence du parti. Une commission préparatoire est déjà mise sur pied.  Le congrès extraordinaire de l’UDPS, c’est donc pour très  bientôt. Felix Tshisekedi, grâce à son habileté diplomatique et à son sens éthique, veille à la consolidation du rassemblement. Ils sont nombreux des  cadres clairvoyants au niveau national et dans des fédérations.  Les égarements ne sont pas permis.  Dans la demeure UDPS, il y a de la place pour tous les combattants véritables.

            Les fiches d’adhésion en cours donnent une occasion à tous de renouveler leur qualité de membre. Que même ceux qui se sont égarés, en suivant sentimentalement des cadres corrompus par le pouvoir, saisissent cette occasion de réhabilitation.  En achetant  votre fiche d’adhésion, vous aurez droit à la carte biométrique de membre. L’UDPS a besoin de tous ses membres dans cette phase finale de sa lutte pour l’État de droit.

            Nous les membres de l’UDPS restons ligués   contre l’État néopatrimonial et la corruption actuellement en place en RDC. Nous  réclamons  l’État de droit (la légalité, l’égalité, la justice et la séparation effective des pouvoirs institutionnels) comme base macro-économique pour le développement individuel et intégral. C’est cette lutte exigeante certes, mais belle et noble, qu’un grand nombre de partis politiques et du mouvement associatif ont rejoint en formant le Rassemblement. Même avec la disparition physique d’Etienne Tshisekedi, l’UDPS reste la voie du progrès. C’est un parti solide et structuré que nous devons tous protéger. On s’égarerait en suivant  le chant de sirène qui résonne du côté de Tshibala Nzenze et dont la base est assurée par le camp Kabila.  

Marc Kapend