L’UDPS fustige la traque de ses cadres et combattants

0
133
Jean Marc Kabund-a-Kabund, secrétaire General de l’UDPS lors d’un point de presse à Kinshasa ; le 18/10/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Jean Marc Kabund-a-Kabund, secrétaire General de l’UDPS lors d’un point de presse à Kinshasa ; le 18/10/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS en sigle, Informe l’opinion de ce qui suit:
1. Depuis plusieurs semaines, de nombreux cadres et combattants du
Parti font l’objet d’enlèvements, de brimades et d’arrestations
arbitraires suivis des tortures perpétrées par des hommes armés et
sont gardés dans des geôles clandestines, notamment de l’A.N.R et de
la DEMIAP à Kinshasa. Ces hommes dont certains en uniformes et
d’autres en tenues civiles répondent manifestement aux injonctions du
pouvoir en place.
2. Cette répression aveugle et barbare des membres de l’UDPS est aussi
constatée à travers le pays, notamment à Goma où la permanence
fédérale du Parti est assiégée, sans motif valable, par des éléments
de la police et à Matadi, à Kananga, à Mbuji Mayi ainsI qu’à
Lubumbashi où les membres du Parti font l’objet d’une chasse à
l’homme.
3. Ces harcèlements perpétrés contre les membres du Parti, répondent,
en réalité, à un plan macabre qui consiste à créer une situation de
terreur et d’insécurité généralisée tant à Kinshasa qu’à l’intérieur
du pays, et à usiner, de toutes pièces, un ensemble de faits criminels
que le pouvoir en place se prépare à imputer à l’UDPS et à ses cadres
aux fins de les museler.
4. L’UDPS prend l’opinion tant nationale qu’internationale à témoin et
dénonce énergétiquement ce plan machiavélique, délibérément planifié
et mis en exécution par les services spécialisés.
5. Sous peine de traduire les auteurs de ces exactions en Justice
devant les instances compétentes, voire internationales, l’UDPS exige,
sans condition, la libération de tous ses cadres et combattants
sauvagement enlevés et gardés au secret par les services du pouvoir en
place ainsi, que le retrait, sans délai, des éléments de la police qui
occupent illégalement son siège de Goma.

Fait à Kinshasa, le 15 juin 2017
Jean-Marc KABUND-A-KABUND