L’UDPS dépose un mémo à la CENI

0
36

Alors que l’attention de nombreux compatriotes est focalisée sur la tenue, le 24 avril 2011 au Stade Tata Raphaël, du meeting d’Etienne Tshisekedi, nous venons d’apprendre du Secrétariat général de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès) que ce parti va déposer, ce jeudi 07 avril 2011, un mémorandum auprès du Bureau de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante). On croit savoir que ce document s’articule autour de tous les dérapages qui affectent les opérations préélectorales.

L’on cite, dans le lot, des tracasseries répétées dont sont l’objet les représentants et combattants de l’UDPS dans les provinces du Katanga, du Kasaï Oriental et du Kasaï Occidental.

En effet, plusieurs jours et semaines après le lancement des opérations de révision du fichier électoral dans ces trois provinces, les témoins de l’UDPS sont toujours réputés indésirables par les agents locaux de la CENI chargés d’accréditer les témoins des partis et regroupements politiques. Aucune explication ne leur est fournie au sujet des raisons qui justifieraient leur disqualification automatique.

Pour ce qui est de l’enrôlement, l’on continue d’exiger aux combattants connus de l’UDPS les anciennes cartes d’électeurs, en dépit du fait que celles-ci soient déclarées caduques par le ministère de l’Intérieur depuis presque deux ans mais surtout des assurances du Bureau de la CENI, qui ne cesse de répéter que l’enrôlement est ouvert, gratuitement, à tous les Congolaise, détenteurs ou non d’anciennes cartes d’électeurs.
L’absence de ce « sauf conduit » élimine ainsi de fait, du corps électoral, des millions de  combattants de l’UDPS qui ne s’étaient pas fait enrôler en 2005, à la veille du référendum constitutionnel, mais également de nouveaux majeurs qui n’avaient pas 18 ans il y a 6 ans.

Ainsi, contrairement à l’optimisme affiché par le Bureau de la CENI, qui soutient que les opérations de révision du fichier électoral se dérouleraient sans problèmes dans l’arrière-pays, il y a lieu de retenir qu’il s’observe une intention voilée d’exclure l’UDPS et ses combattants du processus électoral en cours.
A travers le mémorandum ficelé à l’intention de Daniel Ngoy Mulunda et les membres du Bureau de la CENI, l’on perçoit le souci de l’UDPS de chercher d’interpeller le « pouvoir organisateur » des élections sur la persistance d’antivaleurs de nature à compromettre l’organisation, en République Démocratique du Congo, d’élections réellement libres, démocratiques et transparentes. Ce serait illusoire de parler d’un scrutin sain et neutre si le nouveau fichier électoral était dressé sur la base de l’exclusion des partis et regroupements politiques ayant une assise réelle sur le terrain et capables d’impulser l’alternance politique au pays.

Jacques Kimpozo

LEAVE A REPLY

*