L’ONU souhaite un second dialogue

0
590

ONU1pgL’Organisation des Nations Unies a célébré, hier lundi 24 octobre 2016 à l’immeuble Losonia, dans la commune de la Gombe, le 71ième anniversaire de son existence. Cette journée marquant également les 71 ans de l’entrée en vigueur de la Charte des Nations Unies en 1945, a connu la participation du représentants spécial adjoint  du Secrétaire général de l’ONU, Mamadou Diallo, de la représentante du gouvernement congolais, Pascaline Ngerengo, directrice du desk « Organisation internationales » au ministère des Affaires Etrangères, des membres du corps diplomatique accrédités en RDC, des officiers militaires des FARDC, des personnels des agences du système des Nations Unies et de plusieurs autres invités.

Quelques temps forts ont marqué cette célébration, notamment la levée des couleurs par les casques bleus, avec l’accompagnement des hymnes nationaux des Nations Unies et de la RDC, les messages de Mamadou Diallo et de Pascaline Ngerengo , ainsi que la présentation de la saynète « L’enfant ou la patrie » par un groupe d’élèves de Kinshasa, dénonçant l’utilisation des enfants- soldats dont le droit à l’enfance et à l’éducation sont hypothéqués suite aux envies égoïstes de certains individus.

Prenant la parole pour la circonstance, le représentant spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies a rappelé que durant ces 71 ans, les peuples du monde se sont efforcés d’appliquer les buts et principes de la Charte de cette institution internationale, dont les valeurs intemporelles (respect des droits fondamentaux de l’homme, égalité des droits des hommes et des femmes et des nations, du maintien de la justice, etc.) doivent demeurer leur guide.

Parlant de la RDC, le représentant spécial adjoint du Secrétaire Général de l’Onu a rappelé que la RDC est non seulement membre des Nations Unies, mais aussi, l’un des rares pays ayant une longue relation avec l’Organisation, étant donné que la première mission de
l’ONU en RDC remonte à 1960, au lendemain de l’accession du pays à son indépendance. Une première mission en RDC, a-t-il souligné, pour laquelle l’ONU avait payé le prix le plus fort avec la mort de son deuxième secrétaire général.

Selon Mamadou Diallo, les Nations Unies demeurent partenaires clés
de la RDC, peu importe les problèmes qui pourraient surgir durant leur
longue relation. Il a noté que la RDC et ses partenaires, notamment
les Nations Unies, sont arrivés à une étape déterminante pour la
consolidation des acquis réalisés dans ce pays, une période charnière
de la vie politique et socio-économique du Congo. Il a indiqué qu’en
prenant acte du dialogue national ayant abouti à la signature d’un
accord politique, grâce entre autres à la facilitation de l’Union
Africaine, il a exprimé l’espoir que la mise en œuvre de cet accord
puisse  contribuer à l’établissement d’un climat plus propice au
respect des libertés et droits fondamentaux essentiels, au débat
politique et à des élections crédibles, transparentes et apaisées.
Il a relevé que plus que jamais, les dispositions de la résolution
2277 qui guide et cadrent l’action de la Mission onusienne en RDC,
restent pertinentes, notamment en ce qui concerne la nécessité de
poursuivre les efforts visant à inclure toutes les parties prenantes.
D’après Mamadou Diallo, les efforts sont consentis afin qu’après cette
première étape de ce dialogue ayant débouché sur la signature d’un
accord politique, les parties prenantes, notamment celles n’y ayant
pas pris part, se retrouvent autour d’une table avec signature dudit
document afin d’aplanir les divergences et de se mettre d’accord.
Par ailleurs, Mamadou Diallo est revenu  sur le message du
Secrétaire général sortant Ban Ki-Moon, rappelant que cette année, la
journée des Nations Unies est tombée à un moment de transition pour le
monde qui, depuis le début de l’année, est engagée dans la mise en
œuvre du « Programme de Développement Durable » à l’horizon 2030. Il
s’agit réellement d’un moment de transition pour les Nations Unies
avec le passage de témoin entre son huitième et son neuvième
Secrétaire général.
Après avoir présenté des données chiffrées des actions de
développement menées par les Nations Unies au profit du peuple
congolais, Mamadou Diallo a révélé qu’il reste convaincu qu’un
partenariat plus fort entre les Nations Unies et la RDC permettra
d’atteindre ces objectifs.
Myriam Iragi