L’ONU et l’UA évaluent leurs actions contre la LRA

0
33

C’est depuis lundi 09 avril 2012 que le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), Abou Moussa, et l’Envoyé spécial de l’Union Africaine (UA) pour la question de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), Francisco Madeira, séjournent en République Démocratique du Congo (RDC) Il devait rester jusqu’au 13 avril 2012 dans le cadre des actions conjointes qu’ils mènent depuis décembre 2011 contre l’Armée de résistance du seigneur (LRA). Ils auront des séances de travail avec les autorités de Kinshasa ainsi qu’avec les partenaires régionaux et internationaux impliqués dans la lutte contre ce groupe jugé « terroriste » par l’Union Africaine (UA).

Les deux personnalités se rendront également à Dungu, dans la Province Orientale, où est basé un des trois quartiers généraux de secteur de l’Etat-major de la Force régionale d’intervention (EM-FRI) autorisée par l’Union Africaine (UA). La visite de Dungu commencera demain jeudi 12 avril 2012 jusqu’au vendredi 13 avril 2012, avec la participation du Colonel Dick Prit Olum, Commandant de la dite Force Ils vont faire un état des lieux avec les hommes déjà présents sur le terrain et évaluer les besoins nécessaires pour renforcer leur efficacité. « Nous sommes très préoccupés par les attaques répétées de l’Armé de résistance du seigneur (LRA) dans cette région et ailleurs. Il faut que cela cesse », a déclaré Abou Moussa.

 Depuis le début de l’année, la Province orientale a enregistré plus de 4200 personnes déplacés du fait de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), d’après le Haut Commissariat des Nations Unies pour les refugies (HCR). La zone de Dungu est l’une des plus touchées avec près de 1200 déplacés.

Les délégations de l’ONU et de L’Union Africaine (UA) quitteront la RD Congo le 13 avril pour Obo, dans le sud-est de la République Centrafricaine, où est également installé un des quartiers généraux de secteur de l’Etat-major de la Force régionale d’intervention (EM-FRI). Elles s’entretiendront avec les forces armées centrafricaines et ougandaises qui y mènent des opérations anti-LRA qui bénéficient du soutien des troupes américaines déployées dans cette région depuis octobre 2011. « Nous avons appris que la situation s’est un peu améliorée à Obo. Mais nous devons rester très vigilants, d’autant plus que plusieurs autres villes du sud-est continuent à subir les assauts de l’Armée de résistance du seigneur LRA », a affirmé Abou Moussa. Le Haut Commissariat de Réfugiés (HCR) a enregistré au total onze attaques perpétrées par ce groupe armé entre janvier et mars 2012. Ces attaques ont occasionné la mort de quatre personnes tandis que 31 autres ont été enlevées.

« Nous sommes peinés face à la catastrophe humanitaire causée par les rebelles de l’Armée de résistance du seigneur (LRA). Nous leur demandons, une fois de plus, de déposer les armes. Nous continuerons de nous investir afin que la sécurité revienne dans les zones concernées et que les populations puissent jouir de leur liberté et de leurs terres », a conclu le chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique Centrale (UNOCA).

BANNY MAYIFUILA

LEAVE A REPLY

*