L’ONU compte dépolluer 3 zones à Kisangani

0
32
Comme chaque année, la communauté de la lutte antimines célèbre la journée internationale de lutte antimines le 04 avril. Le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai, a lors de la conférence de presse hebdomadaire d’hier annoncé que le Centre de coordination de la lutte antimines en Rd Congo (UNMACC-RDC) a, cette année, développé un projet de 8 mois qui prévoit la dépollution de 3 zones suspectées d’être minées aux alentours de l’aéroport international de Bangboka à Kisangani. Ce projet, constitué en grande partie d’opérations de déminage mais également d’activités de sensibilisation au risque des mines, a-t-il dit, couvre une superficie de 8 millions de mètres carrés et est financé par le Japon à hauteur de 3.400.000 US dollars.    
Selon le porte- parole onusien, ces fonds permettront de réduire les risques d’accidents liés aux mines et aux restes explosifs de guerre (REG) au sein des communautés, tout en répondant aux objectifs du plan de stabilisation et  d’action humanitaire qui mettent l’accent sur la protection des populations et  l’accessibilité. 
Les opérations débuteront officiellement le vendredi 1er avril 2011, et ce sera l’occasion pour les acteurs de déminage de souligner l’intérêt du Japon pour la cause de la lutte antimines mais aussi de rendre hommage à la ville de Kisangani qui a été la première en Rd Congo à voir s’implanter un projet de lutte antimines, a dit la même source.  
Madnodje Mounoubai a signalé que les festivités se dérouleront du 5 au 6 avril en présence du gouverneur de la province, du point focal national de la lutte antimines, d’un représentant de l’ambassade du Japon, des autorités locales, de l’ambassadrice de la lutte antimines, Mme L’or Mbongo et des acteurs de la lutte antimines en Rd Congo.  
Il a rappelé que la journée du 04 avril est l’occasion de rappeler au monde entier que les mines antipersonnel et restes explosifs de guerre continuent d’être la cause de déplacements de populations et d’accidents mortels. Ils ont également un impact socio économique considérable. La communauté de la lutte antimines poursuit son combat pour libérer la Rd Congo de ce fléau. Les Pays- Bas, le Japon, l’Espagne, l’Union européenne, le Royaume Uni, la Belgique, le Danemark, la Suède apportent leur soutien à cette lutte à travers leurs financements. 
Un document de UNMACC-RDC signale que suite aux années de conflit qui ont touché la Rd Congo, la présence des mines antipersonnel a été rapportée dans cinq provinces, à savoir Province orientale, Kasaï occidental, Sud- Kivu et Equateur, alors que les REG sont présents dans tout le pays. 
Le même document donne quelques chiffres à ce sujet. Jusqu’au 28 février 2011, 2.698 zones contaminées identifiées soit plus de 21.000.000 de m2 ; 1.115 zones déminées soit 7.853.165 m2 ; 1.583 zones contaminées qu’il reste à déminer soit environ 14.000.000 m2 ; 21.682,5 km de routes vérifiées ; 3.331 mines détruites ; 144.616 REG détruits ; 2.412 victimes dont 956 depuis 2002.
JRB 

LEAVE A REPLY

*