L’OMS restitue l’enquête  de l’accès aux médicaments essentiels

0
86
A l’initiative de l’OMS/ RDC, il s’est tenu le vendredi 19 mai 2017 à Kinshasa, un atelier de restitution de l’enquête sur l’accès aux médicaments et technologies de santé contre les « MNT » (maladies non transmissibles). Cette activité a eu pour cadre le Kempiski Fleuve Congo Hôtel de la Gombe.
 
            Les objectifs poursuivis étaient, entre autres, de partager les résultats d’une enquête qui venait d’être réalisée sur la disponibilité et les prix des médicaments ; d’élaborer une feuille de route relative aux axes prioritaires de la période 2017-2020 et d’intéresser d’autres partenaires à s’impliquer davantage dans cette lutte.
            Le Secrétaire général à la Santé publique s’est fait représenter par le  point focal des Maladies Non Transmissibles du Bureau OMS/RDC, Dr Adolphe Kongolo. PH Ngeleka, directeur à la Direction de la Pharmacie et du Médicament ainsi que Dr Macé du Département des médicaments essentiels et produits de santé OMS/Genève, les directeurs des programmes des concernés par les MTN, tel que le PNAM (Programme national d’approvisionnement en médicaments essentiels, PNLD (programme national de lutte contre le diabète), des pharmaciens, des personnels d’appoint de la DPM, ont également pris part à cet atelier.
            Dr Mpoyi Muteba, responsable de la 3me direction du ministère de la Santé Publique a, dans son mot de circonstance, rappelé que cet atelier faisait suite à l’enquête menée en 2017 sur la disponibilité et les prix des médicaments des Maladies Non Transmissibles en RDC.
Pour sa part, le représentant du SG à la Santé publique a souligné que les « MNT » constituaient un terrible fardeau pour les pays en développement et le commun des citoyens ignorait cette réalité. C’est pour cela que l’OMS avait levé l’option d’élaborer un plan d’action global (2013-2020) pour la prévention et le contrôle de ces types de pathologies.
            Il faut signaler que l’assistance a eu le privilège de suivre quelques exposés sur les « Maladies Non Transmissibles », notamment l’hypertension artérielle, le diabète, l’asthme, les maladies cardiovasculaires, le cancer ainsi que d’autres maladies chroniques.
            De son coté, Dr Macé de l’OMS/Genève qui est intervenu pour restituer les résultats de l’enquête a signalé qu’elle a eu lieu  en février dernier, grâce à un financement du gouvernement japonais, et a porté sur 5 provinces du pays. L’essentiel du travail a consisté à collecter et à analyser des données des structures publiques, privées et confessionnelles à travers un système d’échantillonnage.
Et quand aux recommandations formulés après cette étude, Dr Macé a émis le vœu de voir le plan d’action national sur les « MNT » être finalisé rapidement,  afin de clarifier le niveau de leur prise en charge, de renforcer le SNAME et d’inclure les produits MNT dans le catalogue de la FEDECAME par la mise en place d’un fonds de roulement, de développer des protocoles thérapeutiques nationaux pour les maladies cardiovasculaires, les maladies chroniques respiratoires, le cancer, la tension artérielle, etc.
Melba Muzola