L’OMEC interpelle les responsables de l’ANR

0
33

 

L’Observatoire des Médias Congolais a appris avec stupéfaction la sanction infligée au journaliste Désiré Kyakwima de la RTNC/Sud Kivu pour avoir posé une question lors de la conférence de presse organisée à l’ouverture de la grande commission mixte RDC-Rwanda le 18 mai 2012. De retour à Bukavu, en effet, le journaliste a reçu une lettre signée par le Directeur de la RTNC/Sud-Kivu le suspendant préventivement pour une durée de 15 jours avec privation de salaire. Il lui est reproché d’avoir posé une question qui a « perturbé le climat dans les relations diplomatiques entre le Rwanda et la RDC et d’avoir attribué au ministre  des Médias, Relations avec le parlement et Initiation à la nouvelle citoyenneté des propos qu’il n’a pas tenus »,selon la source. Auparavant, un agent de l’ANR/Kinshasa, M.Ngoy, avait menacé le journaliste et juré d’obtenir sa révocation de la RTNC pour ce « crime ».
 
L’OMEC affirme avec force qu’il n’appartient pas à l’ANR de dicter aux journalistes la ligne de conduite à suivre dans l’exercice de leur profession. L’organe d’autorégulation de la presse congolaise dénonce ainsi le comportement scandaleux de M. Ngoy qui, au lieu de faire le travail pour lequel la République le paie, se croit investi du pouvoir de juger et de sanctionner les journalistes. Si poser une question à un Ministre devient un crime, que reste-t-il au journaliste à faire ?
 
L’OMEC demande aux responsables de l’ANR de clarifier leurs missions et de s’occuper des affaires qui les concernent au lieu de s’attaquer aux journalistes qui, depuis 2004, font un effort pour exercer correctement leur profession.
 
L’Omec invite enfin le nouveau Ministre de l’Intérieur à mettre de l’ordre au sein des services de sécurité qui mettent en péril la démocratie et la liberté d’expression.
 
Fait à Kinshasa, le 29 mai 2012
 
Pour le Conseil Exécutif,
Pr. Bernard MUNSOKO
Secrétaire Exécutif

LEAVE A REPLY

*