L’Omec condamne le plasticage de RLTV

0
24

L’Observatoire des Médias Congolais (Omec) a appris avec indignation et consternation l’incendie survenu dans les installations de la chaîne privée RLTV (Radio Lisanga Télévision), propriété de l’opposant et député Roger Lumbala, dans la nuit de lundi à mardi 06 septembre 2011. Cet acte criminel a non seulement réduit au silence ce média, mais aussi mis au chômage ses journalistes, technicien, et agents administratifs. L’institution d’auto-régulation des médias en République Démocratique du Congo pense qu’il s’agit là d’un signal très négatif en cette période préélectorale, où les Congolais-électeurs comme candidats ressentent un immense besoin en information plurielle. C’est le lieu de déplorer le retour en force de l’intolérance politique, qui avait déjà causé beaucoup de tort aux journalistes et entreprises des médias en 2005-2006, notamment avec les assassinats en chaîne de Franck Ngyke et son épouse, Louis Bapuwa Mwamba, Serge Maheshe, Didace Namujimbo ainsi que le plasticage de CCTV (Canal Congo Télévision), une chaîne privée appartenant à l’ancien Vice-Président de la République Jean-Pierre Bemba, candidat malheureux à la présidentielle.

A la lumière de ce qui vient de se produire à la RLTV, l’OMEC craint que des actes de sabotage des médias privés ne se multiplient avant les scrutins présidentiel et législatif du 28 novembre 2011, si des mesures spéciales de protection des journalistes et de leurs outils de travail ne sont pas arrêtées à temps par le gouvernement congolais.

S’agissant du cas précis de RLTV, l’OMEC exige une enquête urgente et non complaisante en vue de faire toute la lumière qui s’impose autour des exécuteurs et commanditaires de la basse besogne ayant abouti à l’incendie de ce média. Seules l’identification et la sanction des coupables pourraient rassurer la corporation des journalistes présentement plongée dans le doute quant au rôle attendu d’elle par les différentes parties prenantes au processus électoral. La presse congolaise, qui entend s’assumer comme la sentinelle de la démocratie, rejette tout diktat des forces occultes destiné à la détourner de sa mission qui est et demeure celle d’informer.

Après le message de la haine et de l’intolérance lancé par les saboteurs de RLTV, l’Omec n’a qu’une recommandation à l’endroit des professionnels des médias, c’est celle consistant à rester esclaves de la vérité dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations. Car, face aux menaces diverses qui pèsent sur eux et sur leurs outils de travail, ils n’ont d’autres armes que l’éthique et la déontologie, qu’ils sont appelées à respecter scrupuleusement.
Fait à Kinshasa, le 07/09/2011

Prof. Bernard MUNSOKO WA BOMBE, Secrétaire Exécutif

LEAVE A REPLY

*