L’OMEC choqué par la décapitation de “Charlie-hebdo”

0
38

omecL’Observatoire des Médias Congolais « OMEC «, est profondément choqué par l’ignoble assassinat, dans la journée du mercredi 07 janvier 2015, en plein coeur de Paris, et sur leur lieu de travail, des membres de l’équipe rédactionnelle du journal satirique “Charlie-hebdo”. Ainsi donc, pour avoir eu le tort d’exprimer leurs opinions sur ce qu’ils pensaient de l’Islam et du prophète Mahomet, à travers leurs caricatures, nos confrères Charb, Cabu, Tignous et Wolinski ont été sauvagement liquidés par un commando d’intégristes musulmans, qui ont ajouté à leurs tableaux de chasse, des victimes collatérales, dont un policier, faisant au total douze morts et plusieurs blessés.

Porte-étendard de la démocratie et de la liberté d’expression, la France vient malheureusement d’inscrire son nom au palmarès peu élogieux des Etats où les journalistes ne sont pas à l’abri des attaques des ennemis de la liberté de presse.  L’Omec considère la décapitation de la rédaction de “Charlie-hebdo” comme un terrible recul dans la voie de la libre circulation des idées. Il s’agit là aussi d’un message fort négatif pour les professionnels des médias oeuvrant dans des Etats liberticides d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie, où les décideurs politiques pourraient se croire désormais exempts de tout reproche, sous prétexte que la protection des journalistes est alléatoire même dans les pays de vieille démocratie

Aussi l’Omec souhaite-t-il que l’Etat français, dans le souci de faire la différence avec ce qui se passe ailleurs, où l’impunité des tueurs des journalistes et des casseurs des maisons de presse a été érigée en mode de vie, fasse tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver les assassins des animateurs de “Charlie-hebdo” et leur faire subir une punition à la mesure de leur forfait. En attendant que soit élucidée l’identité des assassins de Charb, Cabu, Tignous et Wolinski et leur procès, l’Omec salue la chaîne de solidarité qui s’est spontanément formée autour des journalistes assassinés et leurs familles, à travers des messages d’indignation de plus hautes personnalités mondiales, notamment du Français François Hollande, des Américains Barack Obama et Jhon Kerry, de l’Allemande Angela Merkel, du Britannique David Cameron et même du Russe Vladimir Poutine, sans oublier ceux du Secrétaire Général de l’Onu, Ban Ki-moon, du Président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, etc.

La présence physique du président français, François Hollande, sur le lieu du crime, quelques heures seulement après sa commission, constitue un acte de grand réconfort non seulement pour la presse française ,mais  aussi pour celle de l’ensemble de la planète. L’Omec exprime toute sa solidarité aux journalistes français, symboles de la liberté d’informer, et les encourage à persévérer dans la voie de la défense d’une profession sans laquelle aucun Etat ne peut construire une société démocratique.

 

Kinshasa, le 08 janvier 2015

Professeur  Bernard MUNSOKO  

Secrétaire Exécutif