L’ombre du chauffeur plane sur les obsèques

0
23

Un nouveau feuilleton est sur le point de s’ouvrir dans l’affaire Floribert Chebeya, Directeur exécutif de la Voix des Sans Voix trouvé mort dans sa voiture le mercredi 02 juin 2010 à Benseke, dans la périphérie de Kinshasa. A la veille des funérailles du défunt (25-26 juin 2010), Le Phare vient d’apprendre que le collectif des avocats de Floribert Chebeya va accompagner, ce jeudi 24 juin 2010, l’épouse de Fidèle Bazana, chauffeur du numéro un de la VSV porté disparu depuis la mort de son patron, au Parquet général de la République. Ce déplacement a pour objet le dépôt d’une plainte contre inconnu.

Selon l’un des avocats contactés par la Rédaction du Quotidien de l’Avenue colonel Lukusa, il est difficile, à ce stade, de cibler un ou des présumés auteurs de la disparition de Fidèle Bazana, car l’on ne sait pas si l’acte est à imputer aux militaires ou aux civils.

Cette plainte a été rendue nécessaire, indique-t-on, par le grand silence ayant suivi l’appel lancé à travers les médias par l’épouse du chauffeur de Chebeya, au lendemain de la découverte du cadavre de ce dernier et de la fausse alerte ayant trait à la découverte du corps de Fidèle Bazana du côté de Mpasa, non loin de l’aéroport international de N’Djili.

La crainte de l’épouse, des enfants, des proches parents du chauffeur et des défenseurs des droits de l’homme est qu’une fois Floribert Chebeya enterré et ses funérailles bouclées, le sort de son chauffeur ne devienne le cadet des soucis de ceux qui devraient pourtant leur apporter la lumière. En portant plainte contre inconnu, ils espèrent maintenir l’opinion tant nationale qu’internationale en état d’alerte. Ainsi, dans cet état d’esprit, le dossier Bazana est paré contre le phénomène de l’oubli.

On rappelle que Floribert Chebeya avait été conduit par son chauffeur attitré, Fidèle Bazana, à son rendez-vous avec la mort, à l’Inspection Générale de la Police Nationale, le mardi 01 juin 2010 dans l’après-midi. La rencontre avec l’Inspecteur Général, le général John Numbi, ayant été ajournée, à en croire l’information livrée au téléphone par le Directeur Exécutif de la VSV le même jour vers 17 h 30, suivie vers 19 heures d’un texto faisant état d’une escale du duo, en voiture, dans le périmètre de l’UPN. Ce second rendez-vous aurait fait également flop, selon le texto expédié à Chebeya à son épouse et à ses enfants vers 21 heures. Quelques minutes plus tard, les téléphones des deux hommes ne répondaient plus. Et, ils ne répondront plus jamais.

Si le sort malheureux de son patron est archiconnu, celui de Fidèle Bazana demeure un grand flou. Il est à espérer que le Parquet général de la République va faire diligence pour fixer son épouse, ses enfants ainsi que ses collègues des organisations de défense des droits de l’homme, fort intrigués par sa disparition et qui croient de moins en moins en ses chances de survie, après trois longues semaines de mutisme épais de la part des services spécialisés et des autorités tant nationales que provinciales. A moins que l’enquête ne démontre le contraire, ils sont de plus en plus tentés d’imaginer qu’il aurait connu lui aussi une mort atroce.

                                   Kimp.

 

 

LEAVE A REPLY

*