Lomami : la pétition qui complique tout !

0
52

Le district du Lomami est éligible au statut de province, selon l’esprit et la lettre de l’article 2 de la Constitution. En principe, la mutation devrait s’opérer à partir de ce samedi 15 mai 2010. Hélas, un obstacle de taille se dresse sur le chemin de la future nouvelle province : il s’agit de la pétition articulée par les députés nationaux originaires du territoire de Ngandajika, au Kasaï Oriental, et déposée sur les tables des présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale depuis le jeudi 13 mai 2010. La pétition est signée par plus de 85.000 citoyens et est conforme à l’article 27 de la Constitution.

Dans ce document, il est clairement fait état du refus du territoire de Ngandajika d’être rattaché à la future province du Lomami contre la volonté de ses fils et filles. Ce territoire, rappellent les signataires, a levé l’option de rester au Kasaï Oriental. Au cours du débat en plénière le jeudi 13 mai, portant sur les articles 2 et 226 de la Constitution relatifs au découpage territorial, le député national Mbaya Kakasu, qui s’exprimait à la tribune en son  nom et en ceux de ses collègues Kazadi Nyembwe et Mwamba Mulumba, tous ressortissants du territoire précité, a réitéré haut et fort l’opposition de Ngandajika d’être à la remorque de la province du Lomami.

Mbaya Kakasu a fait savoir à la rédaction du Phare qu’aussitôt après la plénière, tous les élus du territoire de Ngandajika se sont retrouvés, dans une réunion informelle, autour de leur doyen, le député national Katanga Mukumadi Yamutumba, pour réaffirmer la position exprimée dans leur pétition, à savoir leur appartenance à la province du Kasaï Oriental au détriment de la province du Lomami. Cette prise de position de la population de Ngandajika complique l’ équation de la future province de Lomami qui risque, compte tenu de la configuration géographique du Kasaï Oriental d’être réduite au seul territoire de Kabinda.  

 Jacques Kimpozo

LEAVE A REPLY

*