Loi organique sur l’Ordre des Infirmiers : le ministre de la Santé Publique répond aux députés ce vendredi

0
3523

infirmiersC’est aujourd’hui que le ministre de la Santé Félix Kabange, tentera d’apporter l’éclairage attendu aux préoccupations des députés, expimées il y a 48 heures lors de la présentation de l’économie du projet de loi portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre des infirmiers en République Démocratique du Congo.

«La profession infirmière en République Démocratique du Congo a connu la même évolution que dans le monde : elle a été influencée par des facteurs sociaux, culturels, politiques et économiques. Elle s’est transformée au fil des années, d’une profession auxiliaire à la profession médicale en une profession autonome et indépendante œuvrant en collaboration avec les autres professionnels de la santé pour l’intégration de différents secteurs de la santé, afin d’assurer le bien-être de l’individu, de la famille et de la communauté », lit-on dans l’exposé des motifs de la loi.

Avant de justifier l’importance de la profession infirmière qu’on présente comme une épine dorsale du système de santé du fait que ses responsabilités deviennent de plus en plus complexes.

Expliquant, par ailleurs, le rôle et la délicatesse de la profession d’infirmier ainsi que les responsabilités qui lui incombent vis-à-vis de la société, on conclut à la nécessité de légaliser l’ « Ordre des infirmiers ».

«Réguler l’exercice de la profession infirmière en République Démocratique du Congo s’avère impérieux du fait que celle-ci couvre le plus grand nombre des professionnels de santé et constitue une force sociale indiscutable », soutient-on dans l’exposé des motifs. Pour étayer cette affirmation, on brandit le rapport de l’Observatoire des
Ressources Humaines en santé de janvier 2015 qui renseigne que le personnel infirmier représente 74,28% des professionnels de santé, soit 63.682 infirmiers sur 85.736 personnels de santé œuvrant en RDC.

Par ailleurs, la loi rappelle à l’infirmier ses obligations ci-après : « étant une profession de santé dont l’une des exigences est d’assurer la permanence au chevet du malade, la pratique infirmière est en toutes circonstances axée sur l’honnêteté, l’impartialité, la transparence, la clarté et l’observation rigoureuse des principes de la justice, de la morale et de dignité de la personne humaine ». Et pour ce faire, on insiste pour que l’entrée dans la profession infirmière soit contrôlée aussi bien pour les nationaux que pour les étrangers ayant choisi d’exercer en RDC, afin d’offrir des prestations de qualité, et aussi sanctionner les actes qui ne répondent pas aux exigences éthiques et déontologiques.

La présente loi fait de l’Ordre des infirmiers une structure à
laquelle l’adhésion de tous les infirmiers exerçant en RDC est
obligatoire. Elle instaure les conditions d’admission dans l’Ordre
dont la principale est la détention, par le requérant, d’un diplôme ou
son équivalent pour exercer la profession infirmière. La loi compte 89
articles répartis en 5 chapitres.
Dom