L’OCC soucieux de la qualité des produits et de l’écosystème

0
57

Les cadres et agents de l’Office Congolaise de Contrôle ainsi que les membres du ministère de l’Environnement,  Conservation de la Nature et Tourisme sont en formation. L’ouverture officielle de cette 1ère session de formation a démarrée  hier mercredi 08 aout 2012 au siège de  la direction générale de l’Office Congolaise  de Contrôle. Elle se clôturera le vendredi 17 août 2012. Elle se focalise sur «le contrôle de rejet d’eaux industrielles». Assurée par les professeurs Dieudonné E.Musibon (de l’Université de Kinshasa) et  L.Vandevenne (de l’Université de Liège),  cette formation vise le renforcement des capacités des  agents et cadres de l’Office Congolaise de Contrôle oeuvrant au département  de l’environnement, etc.

 Dans son mot d’ouverture, Maurice MBAYO-MUHINGA, Directeur Général Adjoint (DGA) a émis le voeu de voir cette 1ière  session de formation  se tenir depuis la signature du protocole d’accord entre le ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et du Tourisme et son institution. Cependant, il a invité tous les participants à se mettre au travail afin de donner les meilleurs d’eux-mêmes  à l’entreprise.
 Parmi les objectifs poursuivis par ladite  formation, il y a celui visant à atteindre le même niveau des connaissances  que les experts en environnement. Car, ils doivent approfondir les notions sur les paramètres de qualité des eaux  sur la surface. Il faut assurer un niveau  élevé de protection de l’environnement et en même temps garantir le bon fonctionnement des processus de production.


 Le programme prévoit : le processus biochimique ; notion  sur la pollution ; Ecotoxicité ; les tests-biologiques ; les paramètres  de caractérisation des eaux usées ; les paramètres de caractérisation des eaux usées en application aux eaux usées industrielles ; les protocoles analytiques et particularités ; une visite à la rivière Yolo ; la notion de charge polluante ; eaux usées industrielles ; une visite à la brasserie Bralima ;  le contrôle des milieux récepteurs et des rejets ; échantillonnage et mesures des débits ; introduction au réseau  de mesures-estimation de la qualité des eaux  de surface ; évaluation Iso Cabedeau ; test d’évaluation des acquis ; travaux en groupe ; visite des terrains du  Grand Hôtel Kinshasa  Témoins de Jehova et enfin une synthèse du stage d’évaluation générale et projections de l’agenda.
 Le professeur Vandevene a parlé de l’utilité de cette formation. Il  a  énuméré quelques éléments faisant partie les facteurs polluants  des eaux  sur la surface en général et en Afrique en particulier. L’on note  les micropolluants organiques tels que les substances extractibles au chloroforme ; les phénols et dérivés phénolés ; les détergents ; les dérivés organochlorés absorbables (AOX), volatils (VOX), et totaux (TOX) ; les hydrocarbures totaux (indice CH2 par infrarouge); les hydrocarbures  mono-aromatiques : benzène, tôlière, les hydrocarbures aromatiques polycyclique ; etc.
 Hormis les agents du ministère de l’Environnement, les cadres et agents de l’Office Congolaise de Contrôle  ciblés sont ceux des  départements suivants : environnement, laboratoire, référentiel des normes normalisation.


  
Dorcas NSOMUE 

LEAVE A REPLY

*