Lobbying en direction des investisseurs aux USA : Kitebi sur les pas de Matata

0
40

patrice_kitebi_0Après avoir largement sensibilisé des investisseurs américains et d’ailleurs la semaine dernière sur les opportunités de partenariat public-privé en RDCongo, le Premier ministre Augustin Matata a passé la main à Patrice Kitebi, ministre délégué aux Finances. Il appartenait à ce dernier de consolider l’image d’un pays redevenu fréquentable aussi bien par les animateurs des institutions financières internationales que les investisseurs, ces privés créateurs des richesses. C’est dans ce cadre que ce dernier a fait à leur intention, le mercredi 16 octobre 2013 dans la salle des conférences de « The Westin Georgetown Hôtel » de Washington DC, une communication ayant pour matrice principale les stratégies communes de mise en valeur des ressources nationales.

Dans sa croisade de charme en direction de futurs partenaires du gouvernement, Patrice Kiteba a déployé l’artillerie lourde assise sur plusieurs indicateurs, notamment l’amélioration du climat des affaires, l’assainissement du cadre macro-économique, le maintien d’une croissance positive évaluée autour de 6 %, la maîtrise continue du taux d’inflation, la stabilisation du marché de change, etc. Ainsi, le cauchemar des années ’89 à 2000, marqué par un taux de croissance négatif et un dérèglement des mécanismes de fonctionnement de l’Etat, appartient désormais au passé.

            Les témoignages des experts de la Banque Mondiale, Papa Demba Thiam et Eustache Ouayoro, présents dans la salle, sur le redressement socio-économique de la RDC, ont apporté davantage de crédit aux propos du ministre congolais délégué aux Finances. Dans la droite ligne des réformes économiques engagées depuis 14 mois, le ministre délégué aux Finances a révélé aux futurs partenaires économiques de la RDCongo que le gouvernement congolais a déjà ficelé dix programmes d’investissement, dont sept dans la ville de Kinshasa et sa périphérie et trois au Katanga.

 

Les « Cinq étoiles de Kinshasa »

 

Patrice Kitebi a dévoilé, pour la circonstance, le plan spécifique de développement de la capitale congolaise, baptisé les « Cinq étoiles de Kinshasa ». Ses axes principaux s’articulent autour des idées-forces « KinTECH » (le technopôle des industries créatives et des nouvelles technologies de l’information et de la communication) ; « KinMIC » (le Marché International du Congo à Kinkole) ; « KinMECS » (le technopôle des Industries Mécaniques de Kinshasa) ; « KinMEUBLES » (le technopôle des Industries du bois et de l’ameublement de Kinshasa) ; et enfin « KinPACK » (le technopôle des industries d’Emballages à Kinshasa. A cela s’ajoute la chaîne des valeurs des opérations portuaires et les parcs agroindustriels.

Ci-dessous, l’intégralité de la communication du ministre délégué aux Finances :

Le ministre délégué aux Finances

«La RDC a besoin des partenaires privés pour transformer ses avantages comparatifs en avantages compétitifs»

            Je voudrais tout d’abord vous souhaiter une cordiale bienvenue et vous exprimer mes remerciements les plus sincères pour avoir répondu nombreux à cette invitation en dépit de vos agendas chargés.

            C’est avec un réel plaisir que je prends la parole au cours de cette session d’ouverture de la conférence, au nom du Gouvernement, pour situer non seulement le sens de l’évènement de ce jour mais aussi le contexte général d’évolution économique en République Démocratique du Congo, en soulignant d’entrer de jeu que grâce aux efforts importants d’assainissement de l’environnement macroéconomique, les 12 années de décroissance économique enregistrées de 1989 à 2000, ont cédé le pas à 12 ans de croissance économique positive depuis 2001, sous le leadership du Chef de l’Etat, avec un taux moyen de 6% au cours de cette période, dans un contexte d’une inflation et d’une évolution de taux de change maitrisée, particulièrement au cours des quatre dernières années.

            Permettez-moi de souligner au passage que depuis 2012 au moins, l’économie de la RDC se situe dans le top 5 des économies performantes de l’Afrique Subsaharienne.

            Malgré tous les défis auxquels le Gouvernement doit faire face, la croissance économique est essentiellement tirée par le secteur minier dans un pays doté des potentialités naturelles immenses.

La construction des infrastructures de base, l’amélioration du climat des affaires et la poursuite des réformes pour renforcer la gouvernance constituent pour le Gouvernement le levier et la clé de voute pour construire une croissance davantage accélérée et inclusive dans le cadre d’un Programme économique ambitieux couvrant la période 2012 – 2016.

            Il est important de relever à votre attention que les perspectives encourageantes de l’économie congolaise ont été reconnus dans le récent Rapport de notation de l’Agence Moody’s, à travers la note B3 assortie de perspective stable.

Ainsi, cette perspective prometteuse couplée aux efforts de sécurisation de toute l’étendue du territoire national devraient rassurer les investisseurs qui sont présents dans cette salle pour profiter d’immenses potentialités économiques de la République Démocratique du Congo et de sa position géographique stratégique.

            En effet, la République Démocratique du Congo est un vaste pays de 2 345 410 Km2 situé au centre de l’Afrique, entouré de 9 pays voisins, représentant un marché potentiel 250 millions d’habitants.

            Pour valoriser ses immenses potentialités naturelles, la RDC a besoin des partenaires privés que vous êtes pour transformer ses avantages comparatifs en avantages compétitifs dans le cadre d’une stratégie de prospérité partagée.

            La réalisation de l’ensemble de ces projets va nécessiter la mobilisation de plusieurs milliards de dollars. D’où l’importance de l’évènement qui nous réunit ce jour, au cours duquel, nous venons vous présenter les instruments de notre politique économique dans les domaines qui, nous l’espérons, pourraient contribuer efficacement à la réalisation d’une croissance inclusive, créatrice d’emplois, et susceptible de réduire la pauvreté au sein des populations paysannes et périurbaines.

Nous vous invitons à examiner avec nous, les modalités de conclusion avec le Gouvernement des opérations dans les domaines pour lesquels vous avez la compétence, pour un partenariat public-privé gagnant-gagnant sur ces initiatives.

            Le Gouvernement compte sur chacun d’entre vous dans le secteur de sa spécialisation  pour investir dans ces projets, et le Gouvernement vous assure fermement de son appui indéfectible pour la sécurisation de vos investissements et de leur rentabilité.

            Je remercie le Département du secteur privé de la Banque mondiale pour son assistance dans la mise en place de cet instrument de politique économique et son accompagnement dans la mise en œuvre de ce Programme.

            Je tiens également à remercier l’équipe conjointe Gouvernement – Banque, ainsi que les architectes, qui ont travaillé avec dévotion, compétence et abnégation, ne ménageant aucun effort de jour et de nuit pour la réalisation et le succès de cet évènement qui nous réunit aujourd’hui.

LEAVE A REPLY

*